Cette page est une annexe à la page : Victoires aériennes - Chasse française - 1939/1945

faisant partie du domaine : GROUPE DE CHASSE GC III/6 (3/6)

du SITE PERSONNEL de FRANÇOIS XAVIER BIBERT

 

 

L’album familial du sergent Henri BIARD

et son « Carnet de Guerre » au GC II/3

Merci à Jean Biard, son fils, Marie-Joseph Mithieux, sa fille et Valérie Meyer, sa petite fille, pour la mise à disposition des documents familiaux

et à Lionel Persyn qui a pu nous apporter les informations historiques manquantes pour la documentation de ceux-ci.

 

 

"Dans les avions abattus il y avait des pères de famille..."

Henri BIARD à ses enfants

 

 

L’AVANT-GUERRE  -  BOURGES et DIJON    1936/1939

 

 

Usine Hanriot à Bourges

 

 

Ecole de pilotage à Bourges

 

1936 - Bourges - L’usine Hanriot

1936 –Bourges – Usine Hanriot – L’école de pilotage

 

 

 

Usine Hanriot à Bourges

 

 

Ecole de pilotage à Bourges - Salle de cours

 

Visite de l’usine Hanriot par des élèves de l’école de pilotage

Salle de cours de l’école de pilotage

 

 

 

Henri BIARD

 

 

A1donis MOULENES

 

Henri BIARD à l’école de pilotage de Bourges

Adonis MOULÈNE, moniteur  à l’école de pilotage de Bourges

Sergent-chef au GC III/7 pendant la campagne de France,

il regagnera l’Angleterre dès le 25 juin 1940

 

 

 

Henti BIARD - Hanriot 182 n°10 - F-AOJI

 

Henri Biard devant le Hanriot 182 n°10 F-AOJI de l’école de pilotage de Bourges

 

 

 

Amiot 143

 

 

Dewoitine D.500

 

Passage à Bourges de l’Amiot 143 n°100 immatriculé E327

Passage à Bourges d’un Dewoitine D.500

 

Spad

 

 

Morane Saulnier MS 335 - 3ème escadrille GC II/8 - 3C1

Spad

Morane-Saulnier MS 225 codé 5 de la 3ème  escadrille du GC II/8 – 3C1

 

Pptez 540

 

 

Nieuport-Delage NiD 622

 

Potez 540

Nieuport-Delage NiD 622 n°503 immatriculé R779.

 

Dewoitine D.510 - GC II/1 - SPA 62

 

 

Dewoitine D.510 - GC 1/5 - SPA 67

 

 Dewoitine D.510 de la 4ème escadrille du GC II/1 – SPA 62.

Dewoitine D.510 de la 1ère escadrille du GC I/5 – SPA 67

 

Nota : les 6 photos ci-dessus de la collection BIARD n’ont à priori pas de rapports directs avec la carrière du pilote et les lieux de prise de vue sont indéterminés

 

 

 

Henri BIARD - Dewoitine D.500 - GC II/3 - SPA 37

 

Fin mars 1938 - Le sergent Henri Biard est affecté à Dijon

sur D.500 à la 3ème escadrille du GC II/3 – SPA 37.

 

 

SPA 37

 

L’insigne de la 3ème escadrille du C II/3 – SPA 37

 

 

 

GC II/3 - Colonel LAMONT

 

Dijon-Longvic – 1938 -  Personnels du GC II/3 devant un Dewoitine 500 – Au fond le monument Guynemer

Quatrième à partir de la gauche, debout au second rang, les mains dans les poches, le colonel LAMONT.

Faisant office de Commandant de Base le 10 mai 1940, lors des violents bombardement de l’aérodrome, il sera tué d'un

éclat de bombe en plein cœur à proximité de ce monument, alors même qu'il tentait de rejoindre son avion pour intervenir

 

 

LA GUERRE – SEPTEMBRE et OCTOBRE 1939 – FAYENCE, DIJON...

Sur Morane Saulnier MS 406

 

 

Morane -Saumnier 406 - Lule MORLAT

 

 

Henri BIART et son mécanicien BRICE - MS 406

 

Le Morane MS 406 n°989 du patron du GC II/3, le commandant Jules MORLAT

Henri BIARD et son mécanicien BRICE sur l’aile de son Morane MS 406 n°125 - N444

 

Accident du MS 406 de Henri BIART à Fayence

 

 

Pptez 63 de cpmmandement - GC II/3

 

Fayence - 8 septembre 1939

Les restes du Morane MS 406 n°125 d’Henri BIARD après un accident

dont il a réchappé par miracle en se faisant très peur

Henri BIARD à bord d’un Potez 63 de commandement du GC II/3

 

Pilotes du GC II/3

 

 

Pilotes du GC II/3

 

Pilotes du GC II/3 devant un Potez 63 de commandement

Pilotes du GC II/3 devant leur Morane 406

 

 

NOVEMBRE 1939 - UN LIEUTENANT DU GC II/3 VICTORIEUX...

 

 

Lieutenant BISSOUDRE

 

 

Le lieutenant BISSOUDRE devant les restes fumants du Dornier 17 qu’il a descendu le 23 novembre 1939.

 

 Livre de marche - JEUDI 23 NOVEMBRE 1939 

 

1) Une patrouille triple en alerte.

2) Sur renseignement de guet à 9h10 une patrouille légère décolle sur alerte :

    - couverture NORD de DIJON

    - altitude 7 000 mètres

    - adjt/c ISOLA, s/lt PRAYER

Sur nouveaux renseignements de guet elle effectue des recherches :

    - vers CHATILLON

    - puis DIJON où elle prend contact avec un DO.17, qu’elle attaque de loin sans résultat appréciable,

mais donne la position par radio à 10h35.

Durée de la mission : 1h40

3)Sur renseignement de guet à 09 h 35 une patrouille légère décolle sur alerte :

    - couverture EST de DIJON

    - altitude 7 000 mètres

    - Lt BISSOUDRE -Sgt TOURNÉ

Sur nouveaux renseignements de guet, elle effectue des recherches dans la région BESANÇON – ORNANS –

BAUME LES DAMES - VESOUL, puis revient vers GRAY où à 10h35, sur renseignements de contact de la patrouille

précédente, elle est dirigée sur DIJON. Elle prend le contact du DO 17 qui marche direction EST et attaque ;

l'avion ennemi est abattu à BOULLANS (15 km EST de BESANÇON) par le lt BISSOUDRE.

 

 

 

 

LA GUERRE - HIVER 1939/1940 – CONNANTRE, AUZAINVILLERS...

toujours sur Morane Saulnier 406

 

 

Henri BIARD

 

 

Henri BIARD

 

 

Henri BIARD

 

Henri BIARD pendant l’hiver 1939/1940, avec son Morane 406, dans la boue et dans la neige, sans doute  Connantre

 

 

LA GUERRE – PRINTEMPS 1940 – BOUILLANCY...

Après remplacement des Morane Saulnier MS.406 par des Dewoitine D.520

 

 

Heinkel 111 7A of 1.(F)/121 shot down by GC II/3 on 21. 5. 1940
Fw. Helmut Marx
Lt. Georg Henke
Uffz. Arthur Neubert
Uffz. Georg Gawron.

 

La victoire en collaboration du sergent BIARD du 21 mai 1940 sur son Dewoitine D.520 n°137,

juste avant d’être lui-même abattu à Arleux, au sud de Douai

 

Mission de l’appareil abattu : vol de reconnaissance pour observer les mouvements de troupes

Date. 21 mai 1940

Unité: 1 Staffel / Fernaufklaerungsgruppe 121

Type : Heinkel He 111 - Nr. 5566 - Code: 7A + HH

Pilote: Fw Helmut Marx 53501/20, né le  09.09.1914 à Oberndorf. (+)

Observateur: Lt Georg Henke 53501/7, né le 20.02.1917 à Mayence (+)

Radio: Uffz Arthur Neubert 53501/44, né le 06.09.1913 à Oelsnitz (+)

Mitrailleur : Uffz Georg Gawron 53501/31, né le01.12.1915 à Kiel (+)

Cet avion a été abattu à Roost Warendin, à 10 km au nord de Douai, par un groupe de Dewoitine D.520 du Groupe de Chasse II/3, dont les pilotes suivant ont participé à l’attaque : cpt André Naudy, lt Maurice Bissoudre, adjt/c. Charles Dessaulx, s/c Robert Tourné, sgt Henri Briard,et c/c Karel Körber (tchèque)

 

 

APRÈS L’ARMISTICE – A.F.N.

sur Dewoitine D.520

 

 

 

 

 

 

Début juillet 1940 - Henri BIARD en compagnie de son frère Eugène à Oran / La Sénia

Le sergent BIARD à bord du Dewoitine D.520 n°37, avec lequel

 il a traversé la Méditerranée, en vol entre Oran et Fès le 12 juillet 1940

 

 

 

 

 

 

Carnet de guerre d’Henri BIARD

sergent pilote au GC II/3

 

« Petit aide mémoire commencé à la veille de mon aventure dans le Nord ».

Italique : Notes d’explication (FXB)

28 août 1939

Nous quittons la base de Dijon pour Fayence (Var).

Nous apprenons la déclaration de guerre dans ce pays.

Le 8 septembre : J’ai un sérieux accident d’avion. J’en suis quitte pour la frayeur et l’avion est détruit par le feu.  PHOTO

Le 11 septembre : Nous quittons Fayence pour Cannes.

A part quelques jours d’arrêt ; conséquence de mon accident, c’est le beau temps et la plage.

Le 8 octobre : Heureuse surprise ; nous quittons Cannes pour Chambaran (Aérodrome de Marcirolles-Chambaran – Isère – Entre Lyon et Grenoble) ; le même soir je suis à Veyrins (Veyrins-Thuellin – Isère – A 55 km de Marcilloles – Domicile familial) et je garde ma chère femme huit jours avec moi à Chambaran.

Le 17 octobre, nous partons pour Dijon où, six jours après environ, ma femme me rejoint.

Là commence le travail de guerre ; nous faisons de nombreuses missions de guerre, soit couverture, soit D.A.T. Nous restons là encore novembre et décembre ; le 12 janvier 1940 j’attaque vers Vesoul un Heinkel 111. Je réussis seulement à le mettre en fuite.

Le 19 janvier : Nous quittons Dijon pour Connantre (Marne - Entre Reims et Troyes) non sans avoir le cœur serré car pour beaucoup on sent que c’est la fin de la vie de famille.

Connantre ? On arrive dans la neige et les bois ; enfin on s’adapte ; on fait des missions sur le front de l’est.  PHOTOS

R.A.S. toujours.

J’ai durant ce temps ma première permission de détente. Nous restons là jusqu’au 10 avril ; jour où nous partons pour Maubeuge. Vers la fin du mois j’ai ma seconde perme de détente.

Quand je rentre, je voyage 3 jours à la recherche de mon Groupe ; celui-ci a cru bon de filer à Auzainvilliers près de Vittel (Vosges). J’arrive à trouver l’échelon roulant en instance de départ ; les avions sont déjà partis la veille pour le midi au Luc. Je vais à Nancy chercher mon avion qui a été convoyé la veille là-bas, c’est le jour de l’offensive allemande contre la France et ses premiers bombardements. Le lendemain 11 mai, je rejoins Le Luc en passant par Veyrins.

Pendant 10 jours on fait la navette entre Le Luc, Toulouse, Cannes pour aller chercher nos nouveaux avions Dewoitine 520. On abandonne nos Morane 406.

Le 20 mai : Nous remontons au front à 20 km au nord de Meaux à Bouillancy.

Le 21 mai : Je pars en mission ; une patrouille double (6 appareils), il est 13 heures environ : au nord de Douai nous attaquons un Heinkel 111, l’avion ennemi lâche de grosses fumées, mais dans l’engagement c’est mon avion qui brusquement a le moteur qui claque et lâche d’épaisses fumées blanches et noires.  PHOTO

.../...

Après avoir abattu ce Heinkel 111 et être allé lui-même au tapis le 21 mai à Arleux, Henri BIARD vivra du 22 mai au 2 juin 1940 mille péripéties pour réussir à rejoindre son Groupe à la Ferté Gaucher... En passant par Dunkerque en feu sous les bombes, en regagnant par miracle Cherbourg par bateau, en traversant la Normandie en train de marchandises...

Cette étonnante aventure sera publiée, vers la fin de l’année 2013 dans un important ouvrage consacré au Dewoitine 520 en cours de rédaction par Messieurs Philippe RICCO et Lionel PERSYN...

La suite de son carnet, du repli de son Groupe vers l’A.F.N., juste avant l’armistice, jusqu’aux premiers jours d’août sera mise en ligne ultérieurement sur cette page....

Juste un peu de patience....

 

 

 

 

 

 

Documents du sergent pilote Henri BIARD

 

 

 

3 novembre 1936 – Brevet Militaire de Pilote d’Avion n°25.287

 

 

Extraits des deux carnets de vol d’Henri BIARD : couverture et premier feuillet du premier, et page 23 du second :

en janvier 1940, Hernri BIARD vole normalement sur le MS 406 n°586 – Les missions de guerre sont soulignées en rouge.

Le 19 janvier 1940 le Groupe GC II/3 quitte Dijon pour s’installer à Connantre dans la Marne

 

 

 

22 mai 1940 – Laissez-passer délivré et signé par le général Paul CANONNE

commandant les forces aériennes de la ¨Première Armée française, enfermée dans la poche de Dunkerque.

Abattu le 21 mai 1940 à bord de son Dewoitine D.520 n°137 près de Douai, Henri BIARD vivra une aventure rocambolesque de 13 jours pour ne rejoindre son Groupe

à la Ferté Gaucher que le 2 juin. Il aura dû pour cela regagner d’abord Dunkerque en feu sous les bombes au milieu de la débâcle des Armées françaises et anglaises,

trouver un bateau qui le conduira jusqu’à Cherbourg en longeant les côtes anglaises, et de là, rejoindre Paris, via Lisieux, puis son Groupe où personne se l’attendait plus...

 

 

 

Il est amusant de retrouver dans le JMO du PC du général CANONNE les termes exacts du message délivré à Henri BIARD

Merci à Didier LECOCQ pour la transmission de ce document

 

 

 

24 mai 1940 – Laissez-passer délivré et signé par le lieutenant-colonel MACON

commandant le 137ème Régiment d’Infanterie enfermé dans la poche de Dunkerque