BASE AÉRIENNE 122

TOUTES LES UNITÉS PRÉSENTES ENTRE LES DEUX GUERRES

Mise en page François-Xavier Bibert - 11/2008

 

Envoyer un message

 

Page d’accueil du site de François-Xavier BIBERT

Les hommes du GC III/6 - Historique officiel du GC III/6 - Livre du marche de la 5° - Livre de marche de la 6°

L’album souvenir de la Base Aérienne 122 de Chartres

 

 

La Base aérienne 122 de Chartres-Champhol est une ancienne base utilisée par l'Armée de l'air située près de la ville de Chartres dans l'Eure-et-Loir.

 

« L’aéronautique militaire » fut d’abord présente à Chartres de 1915 à 1918 : l’école militaire de pilotage « Farman » devint rapidement une des plus importantes de la France en guerre. Elle s’était installée sur le premier terrain d’aviation de la ville de Chartres créé en 1909 au sud de la N188 (actuellement N10), à 3 km au sud-est de la ville, sur la commune de Sours, dans l’emprise du vaste terrain de manœuvres militaires de la garnison. Il n’y pas plus aucune trace visible de ce premier terrain d’aviation.

 

En 1922 la décision fut prise d’implanter à Chartres une vaste plateforme militaire pour l’aviation. Une centaine d’hectare de terres agricoles furent acquises par l’état en expropriant assez brutalement d’ailleurs des petits maraîchers et cultivateurs de Chartres et de Champhol, petite commune qui perdit ainsi 75% de sa superficie : à l’ouest cette nouvelle plateforme engloba les bâtiments de l’ancien quartier « Neigre » (*) (train des équipages), puis ceux de l’ancien quartier d’Aboville (cavalerie) (bâtiments qui avaient hébergé les aviateurs de l’Ecole de Chartres pendant la première guerre mondiale, finalement abandonnés par l’Armée de l’Air au début des années 2000 et détruits en 2016), à l’est existaient des possibilités d’extension le long de la route d’Ablis (N10), limite sud de l’emprise, au nord la commune de Champhol.

(*) aussi appelé « Cachemback » du nom du cabaretier qui tenait un débit de boisson à proximité,

 

Les installations de « L’aviation militaire » ne prirent la dénomination de « Base aérienne » avec le n°122 qu’en 1933 avec la création de « l’Armée de l’Air ».

 

Les unités qui furent affectées successivement à Chartres sont les suivantes :

 

·         22èmeRégiment d’Aviation de Bombardement de Nuit (1922/1933)

·         22ème Escadre d’Aviation Lourde de Défense (1933/1936)

·         42ème Escadre Aérienne mixte de Chasse (1933/1937)

·         2ème Escadre aérienne de Chasse (1936/1939)

·         6ème Escadre aérienne de Chasse (1936/1939)

·         Groupe Aérien d’Observation 504 (1937/1939)

·         C.I.C : Centre d’Instruction à la Chasse (09/1939- Replié sur Cazaux 05/1940) Plus d’informations

·         61ème Escadre de Transport (1945/1953)

·         Compagnie de réparation et de ravitaillement technique 83

·         Compagnie de réparation et de ravitaillement technique 83

·         Entrepôts de matériel spécialisé du génie de l'Air 560

·         Etablissement central de l'infrastructure de l'Air 11/565

·         Bureau central d'incorporation et d'archive de l'Armée de l'Air (BCIAA) 01.510

·         Centre d'instruction militaire de la Cité de l'Air (CIMCA).

 

Devenue Détachement Air 90/279 "Albert Vasseur", rattaché à la BA 279 de Châteaudun, la B.A. 122 de Chartres a été fermée définitivement en juillet 1997. Les terrains militaires ont été récupérés par la ville pour son extension. Seul le petit aérodrome civil situé à deux kilomètres à l’est de Chartres témoigne aujourd’hui de l’importance que l’aviation eut pour la capitale de la Beauce pendant plus de 70 ans.

 

 

 

 

  Unités stationnées au Parc d’Aviation 22 - BA 122 -  jusqu’à l’armistice de 1940  

Composition - Matériel - Traditions

 

 

22ème RABN du 01/06/1924 au 01/10/1932

22ème Régiment Aérien de Bombardement de Nuit

Venant de Luxeuil

 

Breguet 14

Farman F60 BN2

puis progressivement Lioré et Olivier LeO 20 BN

à partir de 1927

et aussi Breguet 19 A2 à partir de 1926

 

I/22 RABN Escadrille N°1 - VB 109

I/22 RABN Escadrille N°2 - VB 125

I/22 RABN Escadrille N°3 - VB 101

 

II/22 RABN Escadrille N°4 - BR 113

II/22 RABN Escadrille N°5 - CAP 130

II/22 RABN Escadrille N°6 - CAP 115

 

 

22ème EB du 01/10/1932 au 01/11/1936 (voir Nota 1)

22ème Escadre de Bombardement, puis 22ème Escadre Lourde de Défense (3 Groupes - 7 Escadrilles) (voir Nota 2 et 3)

 

Lioré et Olivier LeO 20 BN - Avant avril 1935 (1)

Breguet 19 CN2 (2)

Amiot 143 - Après juin 1935 (1)

 

GB I/22 Escadrille N°1 - VB 109

Groupe de Bombardement (1)

GB I/22 Escadrille N°2 - VB 125

Groupe de Bombardement (1)

 

GB II/22 Escadrille N°3 - VB 101

Groupe de Bombardement (1)

GB II/22 Escadrille N°4 - BR 113

Groupe de Bombardement (1)

 

GB III/22 Escadrille N°5 - CAP 130

Groupe de Bombardement (1)

GB III/22 Escadrille N°6 - CAP 115

Groupe de Bombardement (1)

GB III/22 RABN Escadrille N°22

Groupe de Bombardement de nuit 22/22 (2)

 

NOTA 1 : Le 2ème Groupe (VB 101 et BR 113) quitte en fait Chartres pour Avord le 1er décembre 1935 lors de la formation de la 15ème Escadre d’Aviation de Bombardement (qui deviendra la 15ème Escadre d’Aviation lourde de défense) à Avord. Le 3ème Groupe de la 22ème devient alors le 2ème. C’est pour cela qu’on trouve les deux insignes du gypaète au cours de l’année 1936 comme appartenant aux 3ème et 4ème Escadrille du 22ème sur ses Amiot 143. Fin 1936, toute la 22ème EB est déplacée à Orléans-Bricy.

 

Insignes des 4 escadrilles de la 22ème Escadre Lourde de Défense pour l’année 1936 (sur les Amiot 143)

 

I/22 Escadrille N°1 - VB 109

I/22 Escadrille N°2 - VB 125

II/22 Escadrille N°3 - CAP 130

II/22 Escadrille N°4 - CAP 115

 

VB 109 : Diable ailé brandissant une grenade enflammée, le tout sur un cercle à fond jaune

VB 125 : Pierrot de profil

CAP 130 : Gypaète blanc  en vol à collier et rémiges bleus (devenant corps bleu, collier et rémiges blancs)

CAP 115 : Gypaète blanc en vol à collier et rémiges verts (devenant corps blanc, collier et rémiges bleus)

 

Evolution ultérieure, adaptée d’un historique du Groupe « Maroc » rédigé après la guerre

 

I/22 Escadrille N°1 - VB 109

I/22 Escadrille N°2 - VB 125

II/22 Escadrille N°3 - CAP 130

II/22 Escadrille N°4 - CAP 115

 

NOTA 2 : En avril 1933 l’ « Armée de l’Air » est créé, et en juin est publié la loi portant sur l’organisation du ministère de l’air. En juillet 1934, c’est la loi fixant l’organisation générale de l’Armée de l’Air qui se compose alors de 5 régions aériennes (METZ, PARIS, TOURS, LYON, ALGER) avec comme terrains principaux METZ, NANCY, LE BOURGET, REIMS, CHARTRES, PAU, TOURS, CHÂTEAUROUX et LYON. En septembre 1936, le gouvernement du « front national », tout à ses rêves utopiques de « paix internationale », malgré la montée irréversible du nazisme en Allemagne et le réarmement forcé de son dangereux pays voisin, remplace le terme « Escadre de Bombardement »par celui de « Escadre d'Aviation lourde de défense »

 

 

42ème EM du 01/10/1933 au 01/10/1934

42ème Escadre Aérienne Mixte de Chasse (2 Groupes - 4 Escadrilles)

Venant en partie de Châteauroux

Transférée à Reims

 

Gourdou-Leseurre LGL 32 - 1933 (1)

puis Nieuport Delage ND 62 – 1934 (1)

Breguet 19 CN2 (2)

 

 

GM I/42 Escadrille N°1 - SPA 96 (1)

Jour

GM I/42 Escadrille N°2 (1)

Nuit

 

GC II/42 Escadrille N°3 (2)

22/22 RABN (Nuit)

GC II/42 Escadrille N°4 - C46 (2)

 

 

6ème EC du 01/10/1934 au 03/03/1939

6ème Escadre Aérienne de Chasse (2 Groupes - 4 Escadrilles) (voir Nota 3)

Venant de Reims. A l'occasion de cette permutation géographique, les deux escadres s'échangent leur premier Groupe. C'est ainsi que le nouveau Groupe de Chasse I/6 perpétue dès lors les traditions des SPA 96 (Tête de guerrier gaulois) et SPA 12 (Fanion bleu et blanc).

 

 

Nieuport Delage ND 62

et Nieuport Delage 629

puis Loire 46 en novembre 1936

 

puis Morane Saulnier MS 406 en avril 1939

et Potez 630 pour le GC II/6 en 1938

 

GC I/6 Escadrille N°1 - SPA 96

GC I/6 Escadrille N°2 - SPA 12

(envoyé à Bizerte en mars 1939)

 

GC II/6 Escadrille N°3 - SPA 26

GC II/6 Escadrille N°4 - SPA 124

 

 

2ème EC du 25/12/1936 du 01/05/1939 jusqu’à l’entrée en guerre

2ème Escadre Aérienne de Chasse (3 Groupes - 6 Escadrilles) (voir Nota 3)

Venant de Tours

 

Dewoitine 501/510

puis Morane Saulnier MS 406 en avril 1939

 

GC I/2 - Escadrille 1 - SPA 3

GC I/2 - Escadrille 2 - SPA 103

 

GC II/2 - Escadrille 3 - SPA 65

GC II/2 - Escadrille 4 - SPA 57

 

GC III/2 - Escadrille 4 - SPA 83

GC III/2 - Escadrille 6 - SPA 100

 

NOTA 3 : le 3 septembre 1936, le gouvernement du « Front Populaire », rebaptise les « Escadres Aérienne de Chasse » en « Escadres d’Aviation Légère de Défense », mais sur le terrain, les aviateurs continueront à employer le terme de « Chasse »...

 

GAR 504 - GA0 504 de Juillet 1937 jusqu’à l’entrée en guerre (non opérationnel)

Groupe Autonome de Reconnaissance - Groupe Aérien d’Observation (janvier 1938)

Nouveau Groupe

 

Potez 390 A2

Autogire Lioré et Olivier

Potez 390 A2

Autogire Lioré et Olivier LeO C 30

 

GAO 504

 

 

GC II/6 du 01/05/1939 jusqu’à l’entrée en guerre

Groupe de Chasse GC II/6 (2 Escadrilles)

Eclatement de la 6ème EC

 

Morane Saulnier MS 406

Morane Saulnier MS 406

 

GC II/6 Escadrille N°3 - SPA 26

GC II/6 Escadrille N°4 - SPA 124

 

 

GC III/6 du 01/05/1939 jusqu’à l’entrée en guerre

Groupe de Chasse GC III/6 (2 Escadrilles)

Nouveau Groupe

 

Morase Saulnier MS 406

Morane Saulnier MS 406

 

GC III/6 Escadrille N°5 (SPA 89)

Nouvelle tradition : Masque sévère, ou Tragédie

(à compter de 2/1940)

GC III/6 Escadrille N°6 (SPA 162)

Nouvelle tradition : Masque rieur ou Comédie

(à compter de 2/1940)

 

 

NOTA 4 : pendant la campagne de France tous les Groupes ci-dessus ont gardé leur rattachement administratif à Chartres, mais ils furent déplacés d’aérodromes en aérodromes de campagne jusqu’à l’armistice, date à laquelle ils connurent des fortunes diverses. Beaucoup furent transférés en A.N.F. En contrepartie le terrain de Chartres accueillit différents Groupes basés initialement ailleurs, pendant de courtes périodes. Il s’agit des :

 

GB I/31 du 21/05/1940 au 02/06/1940

GB II/31 du 21/05/1940 au 02/06/1940

GB II/35 du 02/06/1940 au 16/06/1940

GBA II/54 du 02/06/1940 au 16/06/1940

GC I/4 de passage entre le 11/06/1940 et le 23/06/1940

 

Après la guerre quelques Groupes de Transport furent encore installés sur la BA 122 de CHARTRES :

 

GT IV/15 Poitou du 10/05/1945 au 01/07/1947

GT II/15 Anjou du 01/09/1945 au 01/06/1946

GT III/61 Poitou du 01/07/1947 au 01/10/1953

 

 

 

 

 

Beaucoup de ces informations sont issues du remarquable et incontournable site Internet de Henri GUYOT que je remercie :

 

 

http://www.traditions-air.fr/