Logo de la page "Les hommes du GC III/6" - Site de François Xavier BIBERT

 

 

Soldat ÉMILE ALBERT MARCHAL

Armurier au GROUPE de CHASSE

GC 3/6

5ème Escadrille

(1915-1940)

 

 

Stèle d'Emile MARCHAL au cimetière de Thiant

 

Photographie  extraite du site « Mémoire pour l’Histoire de Thiant »

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

 

Les hommes du GC III/6 - Historique officiel du GC III/6 - Livre du marche de la 5° - Livre de marche de la 6°

 

Page d’accueil du site de François-Xavier BIBERT

 

Emile MARCHAL sur le site « Memorial-genweb »

 

Emile MARCHAL sur le site « Mémoire des Hommes »

 

 

Mitrailleuse MAC 34 équipant les chasseurs de l'armée de l'air française en 1939/1940

Mitrailleuse MAC34 équipant les Morane 406 du GC III/6

 

 

 

 

 

Livre de Marche de la 5ème escadrille

Extrait

 

« 25 mai 1940 – 11h30

 

Le terrain de Coulommiers, modèle de camouflage (1), est bombardé par une cinquantaine de bombardiers allemands. 9 avions sont détruits ou brûlés, un hangar est dévasté, un aide armurier de l’escadrille est tué, quelques autres blessés, la remorque armurerie est pulvérisée. En raclant les fonds de tiroir le Groupe (escadrille ?) ne peut aligner que 4 avions " bons de guerre" ».

 

(1) La veille, le 24 mai, le Général d’Harcourt pilotant lui-même son Morane 406 s’est posé sans prévenir ; à sa descente il a fait part de son admiration devant le camouflage des installations du Groupe !!!...

 

Nota : Les textes en italique sont des notes de FXB - La précision « modèle de camouflage » apportée par le rédacteur du livre de marche est donc forcément ironique quand on la rapporte aux paroles du Général d’Harcourt. Ce que l’on ne sait pas, c’est si le Général d’Harcourt a passé un savon à ceux du III/6 parce que le terrain était en fait mal camouflé ou si le Général d’Harcourt n’avait que des notions limitées sur la qualité d’un camouflage…

 

 

 

 

L’histoire du Sergent Armurier Émile MARCHAL en 2008

 

 

Il est de bon ton pour ceux qui croient avoir tout compris avant de n’avoir rien appris de critiquer systématiquement, au nom de fausses valeurs à la mode, la toute puissance de certains « moteurs de recherche » sur Internet…

 

L’histoire du sergent armurier MARCHAL les ferra peut-être réfléchir.

 

Lorsque j’ai travaillé sur les documents d’archives de l’Armée concernant le Groupe de Chasse GC III/6, j’ai été frappé de constater que les livres de marches des escadrilles et l’historique officiel du groupe, dans leur grande sécheresse, notaient bien la mort d’un soldat le 25 mai 1940 après le bombardement de Coulommiers, mais sans le citer. Et dans aucun des nombreux livres ou revues spécialisées qui traitent de la campagne de France de l’Armée de l’Air et qui disent quelques mots sur le III/6, je n’ai pu trouver son nom…

 

Ma volonté étant de parler des « Hommes du GC III/6 » et non que des pilotes de ce Groupe, en donnant pour une fois un peu de place « aux seconds couteaux, et mêmes aux troisièmes » comme l’a si bien écrit Christian JOLY dans mon livre d’or, j’ai cherché à en savoir un peu plus sur cet obscur petit armurier… Dans une courte lettre qu’il a écrite le 26 mai, Joseph BIBERT, mon père mécanicien et chef de hangar de la 6ème escadrille, cite bien le bombardement de l’aérodrome de Coulommiers, au mépris de la censure qui le lui interdisait : « … on a bien été arrosé de bombes, et même mitraillé. On compte environ 70 bombes tombées : 1 Morane 406, 2 Simoun, 1 hangar, 1 soldat ne répondent plus à l’appel … ». Le soldat est de la 5ème escadrille ; il passe donc après « ses » avions et « son » hangar… ! Dur ! Dur !

 

J’ai fini après bien des difficultés et par divers recoupements par savoir qu’il s’agissait du soldat MARCHAL. J’ai donc parlé du « soldat armurier MARCHAL » en introduction de la page « Les Hommes du GC III/.6 », sans avoir découvert son prénom, un peu comme on lance une bouteille à la mer. J’avais bien fait des recherches générales sur le web, dont le site MemorialGenWeb, la base de données des "morts pour la France" des guerres du XXème siècle, pour trouver un dénommé MARCHAL, mais en vain… faute de précisions…

 

Et puis le 4 décembre 2008, jour de la Sainte Barbe, patronne des Mineurs… et des Armuriers, coïncidence heureuse, j’ai reçu tard le soir le message reproduit in extenso ci-dessous :

 

Objet : Marchal armurier mort pour la France le 26 mai 1945

 

Bonjour monsieur,

Vous trouverez ci dessous un lien sur lequel vous trouverez la photo de Marchal, mort pour la France le 26 mai 1940. ll est natif de mon village de Thiant (59224).

http://histoire-thiant.fr/displayimage.php?album=9&pid=127#top_display_media

De mon coté je compléterai le commentaire sous la photo de mon site par quelques éléments issus du vôtre, si vous n'y voyez pas d'inconvénient.

Cdlt

PS : au nom de l'association d'histoire locale de THIANT et de notre village nous vous remercions pour " J’ai eu envie de parler du soldat armurier Marchal qui est mort sous les bombes allemandes lors du bombardement de l’aérodrome de Coulommiers où stationnait le GC III/6 le 26/04/1940"

 

Signé : M. HAUSSY

 

J’ai spontanément et immédiatement répondu :

 

Objet : Re Marchal armurier mort pour la France le 26 mai 1945

 

Bonsoir,

Sans tomber dans la sensiblerie, vous vous doutez bien de l’émotion que j’ai eu en recevant votre message.

Je voulais rendre hommage aux seconds couteaux, et votre message d’un seul coup me fait dire que les centaines d’heures que j’ai passées sur le sujet en valaient la peine…

Nous n’allons pas en rester là….

On va faire une belle page WEB pour le soldat armurier Marchal, à côté de celles des gloires du groupe, si vous, la famille et votre Association pouvez me fournir quelques « munitions » ; sans lui Le Gloan n’aurait jamais pu tirer de cartouches !!

A vous lire.

Bien cordialement à vous.

F-X. BIBERT

 

Ci-joint deux photos inédites du bombardement de Coulommiers prises par mon père…

 

 

 

Bombardement de l'aérodrome de Coulommiers - 25 mai 1940

 

Bombardement de l'aérodrome de Coulommiers - 25 mai 1940

Hangar détruit sur l’aérodrome de Coulommiers le 25 mai 1940

© FX-Bibert - Reproduction interdite

Au fond du hangar à droite, le Morane 406

du Capitaine ASSOLLANT n’a pas subit de gros dégâts

© FX-Bibert - Reproduction interdite

 

 

J’ai récupéré sur le site de M. Haussy la photo du soldat armurier MARCHAL, impossible à trouver par une recherche Internet puisque tout le texte fait partie de la photo, mis à jour le « trombinoscope » des « Hommes du GC III/6 », posé un lien vers le site de M. HAUSSY et je suis allé chercher sur le site MémorialGenWeb les morts de Thiant en 1939/1945. J’ai bien trouvé :

 

MémorialGenWeb

Thiant, INSEE : 59589. • Aucun relevé actuellement sur cette commune. [ CommunesGenWeb] [ Locom] [ Google Map]. Thiennes, INSEE : 59590

www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultetat.php?dpt=59&lettre

 

Thiant - MemorialGenweb

 

Je ne pouvais donc pas le trouver ce brave MARCHAL ! J’ai voulu savoir comment M. HAUSSY avait lui abouti sur mes pages du GC III/6, et c’est tout bête, il suffit de poser la bonne question au moteur de recherche :

 

Coulommiers Aérodrome Marchal ?

Et il répond bien gentiment… :

 

GROUPE DE CHASSE GC III/6 (3/6) - Joseph Adolphe BIBERT

J’ai eu envie de parler du soldat armurier Marchal qui est mort sous les bombes allemandes lors du bombardement de laérodrome de Coulommiers où stationnait ...

www.bibert.fr/Joseph_Bibert.htm - 906k

 

Il y a sans doute des dangers latents devant la toute puissance des « moteurs de recherche », mais ils permettent aussi d’écrire de bien belles histoires…

 

C.Q.F.D.

 

 

La balle est aujourd’hui dans le camp de l’Association pour l’Histoire de Thiant pour que la vraie et trop courte histoire du sergent armurier Emile Albert MARCHAL soit un peu développée et illustrée ci-dessous…

 

…elle est aussi dans le camp des membres de sa famille qui pourraient aboutir sur cette page. Quelques clics sur Internet permettent en effet de trouver la généalogie du soldat armurier Emile MARCHAL. Un appel est lancé à ses neveux ou petits-neveux pour prendre contact…

 

 

Envoyer un message

 

 

 

 

 

La Jeunesse d’Émile MARCHAL à THIANT

 

 

Né le 15 septembre 1915 à Monchaux-sur-Ecaillon dans le Nord, à quelques kilomètres de Thiant, Emile Marchal était avant la guerre ouvrier mécanicien dans une des entreprises locales, la « BOULONNERIE DE THIANT ».

Le Directeur en était Albert Sirot qui avait épousé Nelly Blériot, née le 25/06/1906, fille du célèbre aviateur Louis Blériot. Celui-ci fut le premier à traverser la Manche, le 25 juillet 1909, en décollant au lever du soleil, condition exigée par le journal britannique Daily Mail qui était à l'origine du défi et qui lui remettra la somme de 25 000 francs-or mise en jeu. La traversée s'effectuera en 37 minutes, reliant Les Baraques, près de Calais, à Douvres, aux commandes du Blériot XI qu'il avait conçu en collaboration avec Raymond Saulnier, équipé d'un moteur 3 cylindres développant 25 chevaux.

 

 

 

Thiant - La boulonnerie

 

Thiant - La boulonnerie

 

 

Il participait à la vie locale et notamment faisait partie de la Société des archers de Thiant, une  tradition ancestrale de la région du Nord, comme on le voit sur la photo ci-dessous (vers 1938).

 

 

La Société des Archers de Thiant avec Emile Marchal

 

La Société des Archers de Thiant avec Emile Marchal - 1938

Photographie communiquée par l’Association pour l’histoire de la ville de Thiant

 

 

Emile Marchal - Service militaire dans l'Armée de l'Air - 1939

 

Emile Marchal – Service militaire dans l’armée de l’air - 1939

Photographie communiquée par Jean Marc Marchal, neveu d’Emile

 

 

Tombe d'Emile Marchal à Thiant

 

Tombe d’Emile Marchal à Thiant

Photographie Michel Haussy

 

 

Thiant - La Mairie

Thiant - La Gare

Thiant - Le monument aux Morts

La mairie

La gare

Le monument aux Morts

Thiant - L'église

Thiant - Le blason

Thiant - La Gendarmerie

Thiant - La chapelle Notre Dame des Affigés

L’église

Blason de THIANT - La gendarmerie

La chapelle de Notre Dame des Affligés

Thiant - La rue de Monchaux

Thiant - La rue Gustave Delory

Thiant - La rue de la pyramide

La rue de Monchaux

La rue Gustave Delory

La rue de la pyramide

Thiant - La place verte

Thiant - La rue Anatole France

Thiant - La rue Anatole France

La place verte

La rue Anatole France

La rue Anatole France

Thiant - La rue de l'église

Thiant - La rue de la gare

Thiant - La grande rue

La rue de l’église

La rue de la gare

La grande rue

Thiant - La papeterie

Thiant - La manufacture de caoutchouc

Thiant - La manufacture de caoutchouc

La papeterie

La manufacture de caoutchouc

La manufacture de caoutchouc

 

Et au cas où vous auriez des documents pour compléter cette page...

 

 

 

 

 

 

 

Informations rassemblées par François Xavier BIBERT - 12/2008

 

Historique officiel du GC III/6 - Livre du marche de la 5° - Livre de marche de la 6°

 

Page d’accueil du site de François-Xavier BIBERT