Les Hommes du Groupe de Chasse GC III/6

Pierre Le Gloan

Le Dewoitine D.520

Page d’accueil du site de François Xavier Bibert

 

 

 

 

GROUPE GC III/6 contre Regia Aeronautica

LE GLOAN - LE LUC - 15 Juin 1940

(15/06/1940)

 

Cette page est une annexe à la page consacrée à « Pierre Le Gloan », faisant partie du domaine «  Les Hommes du GC III/6 »

Voir les liens ci-dessus

 

 

Le Groupe de Chasse GC 3/6 est au LUC depuis le 3 juin 1940. L’Italie déclare la guerre à la France le 10. Depuis quelques jours certains pilotes du Groupe sont déjà en possession d’un Dewoitine 520 et apprennent à le connaître. D’autres sont encore à Toulouse pour récupérer le leur.

 

Le jeudi 13, la Royal Air Force bombarde Turin. La Regia Aeronautica bombarde la région de Fayence et de Cannes.

 

Les adjudants Le Gloan et Goujon abattent deux bombardiers italiens Fiat BR 20 dans la région d’Agay.

 

Le vendredi 14, la flotte française bombarde les zones industrielles de Gênes et de Savone

 

Le samedi 15, en représailles, la Regia Aeronautica s’en prend aux terrains d’aviation de Cuers et du Luc, qu’elle bombarde et qu’elle mitraille.

 

Au milieu de journée, Le Gloan décolle avec le capitaine Jacobi, qui doit rentrer peu après au Luc car son appareil a un problème, et avec Jean Assollant, qui devra aussi rentrer après un premier engagement et laisser son chef de patrouille seul. L’Etat Major de la Z.O.A.A. homologuera rapidement 5 victoires pour Le Gloan, dont 2 en collaboration avec Bernache Assollant. Tout s’est passé en 40 minutes et en un seul vol.

 

Cependant un esprit cartésien peut être troublé à la lecture de certains documents et amené à réfléchir sur la manière dont les choses ce sont effectivement passées ce jour là, au niveau du commandement du Groupe 3/6 et au sein de ses deux escadrilles.

 

En tout état de cause, ce qu’a accompli Le Gloan ce 15 juin 1941 est bien entendu un grand exploit, mais il n’est pas anormal de vouloir approcher l’Histoire au plus près…

 

On trouvera ci-dessous la transcription de quelques documents et d’écrits sur ce sujet. A chacun de se forger ensuite sa propre opinion.

 

François-Xavier BIBERT - 10/2008

Pierre LE GLOAN sur son DEWOITINE 520 N°277 aux prises avec les FIAT CR 42 italiens

 

 

 

 

 

LE POINT DE VUE FRANÇAIS

 

 

 

LA CITATION DE PIERRE LE GLOAN

 

« Chef de patrouille incomparable, pilote de chasse prodigieux. Avec un seul de ses équipiers a engagé le combat contre 12 chasseurs ennemis. A abattu dès la première attaque, à quelques secondes d’intervalle, deux d’entre eux. Se trouvant seul, s’est lancé à la poursuite de la formation de chasse italienne qui tentait de gagner les nuages et a abattu un troisième avion. Ne voyant plus d’appareils ennemis, en a rendu compte à son Commandant de Groupe qui l’a rappelé vers le terrain au dessus duquel il a engagé un nouveau combat contre un chasseur ennemi qui venait de mitrailler les avions au sol. A abattu son adversaire en flammes dès la première attaque. Apercevant au dessus de lui un bombardier Fiat BR 20, a épuisé ses dernières munitions contre cet avion qui est tombé en flammes à faible distance du terrain. Cet exploit sensationnel accompli au cours d’une même sortie en moins d’une heure de temps porte à 11 le nombre de ses victoires officiellement homologuées. »

 

 

 

 

NOUVEAU – MARS  2009

 

LE RAPPORT D’ENGAGEMENT INTÉGRAL DU GC III/6 DU 15 JUIN 1940

NOTE n° 410 DU 16 JUIN 1940

 

 

Rapport d'engagement du 15 juin 1940 - GC III/6

 

Cliquez sur l’image pour lire le rapport d’engagement

 

 

 

 

 

LE LIVRE DE MARCHE DE LA 5ème ESCADRILLE

 

« 15 juin 1940

 

Le plus bel exploit de la guerre est réalisé ce jour par l’Adj Le Gloan. Décollant sur alerte avec 1 équipier, Le Gloan attaque une douzaine de Fiat C42 . Il en abat 3 en quelques minutes, son équipier en panne étant rentré au terrain. Regagnant la piste, il aperçoit un chasseur italien et l’abat ; enfin trouvant un bombardier le descend en flamme au voisinage de la piste. ».

 

 

 

 

 

LE LIVRE DE MARCHE DE LA 6ème ESCADRILLE

 

« 20 juillet 1940

 

Les événements qui se sont précipités depuis le 13 juin ont empêché l’auteur de ces lignes de tenir à jour ce livre de marche ; voici néanmoins les grandes lignes de cette période, qui restera dans les anales de l’aviation française…

 

Les 14 et 15 juin le Groupe se rend du Luc à Toulouse recevoir des Dewoitine 520. Pendant ce temps les quelques pilotes munis de ces nouveaux appareils ne chôment pas et un exploit peu banal est accompli par Le Gloan (5ème escadrille), qui dans le même vol et en une demi-heure fait mordre la poussière à 5 italiens. »

 

 

 

 

 

L’HISTORIQUE OFFICIEL DU GROUPE GC III/6

Première mouture

 

 

« 15 Juin 1940

 

Deux patrouilles légères adjudant LE GLOAN - capitaine ASSOLLANT et capitaine GUERRIER - s/Lieutenant CAPDEVIOLLE décollent sur alerte.

Vingt Fiat CR 42 attaquent le terrain du LUC à la mitrailleuse en organisant une noria en piqué, et atteignent quatre monoplaces et un Loockeed de la R.A.F.

L’adjudant LE GLOAN qui passait par là, en descend trois entre Saint-Tropez et Sainte MAXIME, dont un en collaboration avec le capitaine ASSOLLANT, et en désarçonne deux autres sur VIDAUBAN. »

 

 

 

 

 

L’HISTORIQUE OFFICIEL DU GROUPE GC III/6

Deuxième mouture

 

« 15 Juin 1940

 

Le plus bel exploit de la guerre est réalisé ce jour là par l’adjudant LE GLOAN. Décollant sur alerte avec 1 équipier LE GLOAN attaque une douzaine de Fiat CR 42. Il en abat 3 en quelques minutes. Son équipier en panne est revenu atterrir. LE GLOAN rentre au terrain et voit un avion de chasse italien qui mitraille la piste, il l’abat. Avant d’atterrir il aperçoit un bombardier ennemi au dessus de lui. Il lui reste quelques munitions. Il attaque le bombardier et l’abat en flammes au voisinage du terrain.

5 victoires en moins d’une demi heure. »

 

 

 

 

 

LES VICTOIRES HOMOLOGUÉS

DE PIERRE LE GLOAN

(extrait)

 

15.06.40  (2)  CR.42    Beauvallon [83]

15.06.40  (2)  CR.42    Ramatuelle [83]

15.06.40  (1)  CR.42    St-Amée [83]

15.06.40  (1)  BR.20     Ferme Moulin Rouge [83]

15.06.40  (1)  CR.42    Ferme des Thermes [83]

(1) Seul  - (2) En collaboration avec un second pilote

 

 

 

 

 

 

LES MÉMOIRES DE PAUL STEHLIN

COMMANDANT DU GROUPE GC III/6 LE 15 JUIN 1940

 

« Le jour suivant, le ciel de Méditerranée a repris son aspect habituel. Vers midi, quelques instants après notre retour d'une mission de longue durée au-dessus de Toulon et Marseille, et pendant que nous quittons nos vêtements de vol, on entend le crépitement des mitrailleuses qui se rapproche rapidement de la baraque où je me tiens. Je me précipite dehors, je compte une dizaine de chasseurs italiens qui attaquent notre terrain. Le GIoan, à la tête d'une patrouille de trois, a décollé vingt minutes avant, avec un peu de chance je peux encore l'atteindre par radio. J'arrive sain et sauf à travers les rafales jusqu'au véhicule de transmissions. J'ai un moment d'angoisse, Le Gloan ne répond pas à mon appel, un de ses équipiers, dont j'entends la voix semble m'avoir compris. Le bruit, que nous connaissons bien, du canon Hispano le confirme bientôt. En moins de dix minutes, sous nos yeux, sous les yeux des habitants du Luc, Le Gloan abat seul quatre chasseurs italiens. Il vient d'exécuter une figure acrobatique, un tonneau, pour manifester sa joie, lorsque je lui signale en arrière et assez haut au-dessus de lui une cinquième cible. C'est un avion de reconnaissance envoyé pour constater et photographier les dégâts. Il ne tarde pas à aller rejoindre, au sol, ce qui reste des quatre victimes de Le Gloan. Aucun de nos appareils n'a été gravement endommagé, mon avion, le plus atteint, sera réparé en moins d'une heure. »

 

« Témoignages pour l’Histoire »

Paul STEHLIN

Robert Laffont - 1964

 

 

 

 

 

NOUVEAU - JANVIER 2009

 

LA « NOTICE BIOGRAPHIQUE SUR LE LIEUTENANT PIERRE LE GLOAN »

ANNEXE VI Á L’HISTORIQUE COMPLET DU GC III/6 RÉDIGÉ APRÈS LA GUERRE PAR L’ARMÉE DE L’AIR (1)

 

Nota : Cette narration de la journée du 15 juin 1940 de l’adjudant Le Gloan ne peut pas être dissociée du contexte global de cette notice. Celle-ci est donc reproduite intégralement ci-dessous (FXB).

 

« Né dans une famille de paysans bretons à Plougernevel près de Guingamp, le 6 janvier 1913, Pierre Le GLOAN se tourne vers l’aviation dès son adolescence. Boursier de pilotage, il entre dans une école civile d’aviation subventionnée par l’état. Il y reçoit son brevet de pilotage en 1931, à 19 ans, et termine son temps de service à Strasbourg en 1933, au 2ème de chasse.

 

Rengagé aux choix, il se distingue en enlevant le premier prix à plusieurs concours de tir : il est classé tireur d’élite.

 

Affecté à Reims, à la 6ème escadre de chasse, il suit cette unité à Chartres où sa valeur et son aptitude à conduire une formation sont vite reconnues et sanctionnes par un brevet de chef de patrouille. Il vient d’avoir 23 ans.

 

Lorsque la guerre éclate, le sergent-chef Le GLOAN appartient à la 5ème  escadrille du groupe de chasse III/6. Il aura bientôt l’occasion d’affirmer sa valeur en donnant au groupe ses deux premières victoires, deux Dornier 17 abattus en collaboration avec le lieutenant Martin.

 

Le mordant et le sens aigu su combat aérien de ce jeune pilote s’impose ainsi de bonne heure ; il se voit confier le commandement de formations lourdes comprenant trois patrouilles triples (vingt sept appareils).

 

A la fin de la campagne de France, l’adjudant Le GLOAN compte onze victoires homologuées et quatre probables. Tous ses combats seraient à citer ; ils sont des modèles de maîtrise et de témérité. Certains sont particulièrement caractéristiques par les résultats obtenus ou les conditions dans lesquelles ils se sont déroulés.

 

Le 13 juin 1940, le Groupe de Chasse III/6 stationne eu Luc, utilisant en opérations ses premiers Dewoitine 520. Deux jours plus tard, le 15, de nombreux chasseurs ennemis sont signalés se dirigeant vers le terrain. La patrouille d’alerte capitaine ASSOLLANT - capitaine JACOBI - adjudant Le GLOAN reçoit l’ordre de décoller.

 

Les pilotes courent à leurs avions, sautent sur l’aile, enjambent la cabine… contact…les moteurs grondent…

 

Les trois Dewoitine quittent le sol. Le GLOAN n’a pas pris le temps de se munir de son parachute. Peu après avoir décollé, le capitaine JACOBI se pose, son changement de pas d’hélice fonctionnant mal. Le GLOAN - ASSOLLANT partent seuls pour intercepter les formations italiennes qui, violant le ciel bleu de notre Provence, poussent avec une tranquille assurance leur ombre sur nos champs, nos collines et nos plaines.

 

Près de Saint-Tropez, et à la même altitude, Le GLOAN et ASSOLLANT aperçoivent dix chasseurs Fiat C.R. 42 en formation de route, se présentant sous l’aspect d’un « V » très allongé. Les deux Dewoitine 520 pointent une aile vers le ciel, l’autre vers le sol, ils effectuent un virage aussi serré que s’ils s’appuyaient sur un rail… ils attaquent. ASSOLLANT engage le combat avec le dernier appareil de gauche de la formation qu’il abattra quelques instants plus trad. Le GLOAN, lui, prend le dernier de droite (2), de très près ; il tire. Dès le début de la rafale, le Fiat s’embrase, de détache du « V », d’abord lentement et comme à regret, puis pique vertigineusement vers le sol où il percute. Sans perdre une seconde, Le GLOAN vire légèrement et balaie du feu de ses armes l’appareil suivant de la formation qu’il détruit également, abattant ainsi deux avions presque dans la même rafale. Les Italiens surpris, réalisent seulement qu’ils sont attaqués ; leur formation éclate en une gerbe de points sombres qui fuient vers les nages. Derrière, Le GLOAN, son « 520 » plein moteur, les talonne… Il se rapproche du dernier, et juste avant qu’il ne disparaisse dans les nuages, se trouve à bonne distance de tir… Le canon et les quatre mitrailleuses du Dewoitine s’éclairent de courtes flammes bleutées ; l’avion est martelé d’un roulement de coups bruyants ; une odeur âcre emplit la cabine. Devant, le Fiat chancelle, se redresse un instant, puis décrit une orbe vers le sol… Il s’amenuise, semble se dissoudre près d’une tâche d’un vert plus sombre où surgit la souillure d’une boule de fumée noire qui se dissipe lentement tandis que, seul entre le bleu du ciel, la masse grisonnante de quelques nuages et le sol d’un vert brûlé par le soleil de juin, le Dewoitine de Le GLOAN ronronne d’un rythme égal.

 

Le GLOAN rend compte par radio au commandant du groupe de la disparition des appareils ennemis ; il reçoit l’ordre de rallier le terrain du Luc, attaqué par une autre formation de Fiat.

 

Approchant du terrain, Le GLOAN surprend un chasseur ennemi qui effectue une passe de mitraillage. Il pique derrière lui, et sitôt que le Fiat fait sa ressource, l’abat d’une seule rafale, épuisant ses derniers obus.

 

Il se présente alors pour atterrir, ayant détruit quatre appareils ennemis au cours de la même mission et ne disposant que de quelques munitions pour ses mitrailleuses, lorsqu’il distingue à 4000 mètres d’altitude un avion de reconnaissance, un « B.R. 20 » chargé de photographier le terrain après l’attaque des chasseurs. A plein gaz Le GLOAN fonce, attaque et descend le B.R. 20 » en flammes tout près du terrain, en deux rafales de mitrailleuses.

 

Il se pose enfin ayant abattu cinq appareils ennemis en moins d’une demi-heure ; exploit sans précédent jusqu’à ce jour qui amènera au Luc le grand « as » de l’autre guerre, FONCK, venu spécialement pour connaître et féliciter Le GLOAN.

 

Le GLOAN n’endommagea aucun appareil ennemi ; tous ceux qu’il attaqua furent abattus.

 

Son attaque favorite contre les bombardiers était exécuté en cabré par l’arrière après un piqué ; il attendait d’être dans l’angle de tir de l’ennemi, c'est-à-dire à moins de cent mètres, pour ouvrir le feu. Témoin cette attaque qu’il effectua contre un peloton de Heinkel 111, si près de l’adversaire qu’il abattit que son appareil fût recouvert par l’huile de l’Allemand , il ne put continuer le combat et rentra au terrain, désolé de n’en avoir descendu qu’un seul.

 

Dans la mêlée, sa rapidité de jugement et son aisance étaient surprenantes ; au cours d’une attaque contre un chasseur, un autre de ses adversaires atteignit la queue de son appareil par le feu de ses quatre mitrailleuses qui coupa les commandes de direction. Cette rafale fit effectuer à Le GOLAN un demi tonneau involontaire ; il reprit néanmoins dans son collimateur l’appareil qu’il poursuivait et l’abattit ; après quoi, sans palonnier, il fut assez adroit pour échapper aux autres et ramener son Morane sérieusement endommagé au terrain où il se pose sans accident.

 

Après la campagne de France, Le GLOAN reste avec le grade de lieutenant au groupe de chasse GC III/6 ; il y demeure un exemple et un instructeur de valeur pour les jeunes pilotes.

 

Pendant la courte mais très dure campagne de Syrie, le lieutenant Le GLOAN continue à se couvrir de gloire, remportant quatre nouvelles victoires homologuées et une probable.

 

Après l’occupation de l’Afrique du Nord par les forces américaines, le groupe de Chasse III/6 est transformé sur Bell Airacobra P-39 et engagé en « Costal Command ». Le GLOAN aime à dire la confiance qu’i accorde à la « mécanique » et de fait, en temps de paix comme en temps de guerre, il a toujours ramené au terrain et posé avec le minimum de dégâts les appareils les plus sérieusement endommagés.

 

Le 11 septembre 1943, à 8h20, date et heure anniversaire de la mort de GUYNEMER, l’appareil piloté par le lieutenant Le GLOAN qui vient de partir couvrir un convoi en mer, percute à la suite d’une panne de moteur, à Ouillis, entre Mostagadem et Alger. Le GLOAN avait annoncé par radio des troubles de moteur survenues à son Airacobra mais il n’avait pas envisagé une seconde de sauter en parachute, pensant une fois de plus ramener son avion au terrain. M&ais cette fois la mécanique l’a trahi.

 

Le groupe ne peut croire, tout d’abord, la nouvelle rapportés par l’équipier ; Le GLOAN, victorieux, toujours rentré au terrain quel qu’ait pu être l’état de son avion… Et pourtant l’évidence est là ; le lieutenant Pierre Le GLOAN vient d’entrer dans la légende des Ailes Françaises, mais sa perte ouvre un grand vide dans son unité et dans les cœurs de tous. Ceux qui l’ont connu au groupe ne l’oublieront jamais. Sa classe de pilote, le bon sens de ses jugements, sa simplicité et son étonnante modestie lui ont gagné toutes les affections. »

 

 

(1) Deux volumes de plus de 600 pages dactylographiées au total, avec photographies, rédigés après la guerre à partir des archives et de témoignages par le S.H.A.A. (Service Historique de l’Armée de l’Air) sous la direction du lieutenant colonel SALESSE , qu’il ne faut pas confondre avec « L’Historique Officiel », première et deuxième mouture, document succinct d’une vingtaine de pages, rédigé pendant la guerre sous la responsabilité du commandant du Groupe, cité également plus haut dans cette page et reproduit intégralement dans ce site.

 

(2) Ce qui signifierait que les deux premières victoires furent des victoires individuelles alors qu’elles n’ont pas été homologuées de cette manière.

 

 

 

 

LA LÉGENDE DE PIERRE LE GLOAN TELLE QUE « CHANTÉE » PAR LA PRESSE DE LA ZONE LIBRE APRÈS LES ARMISTICES

Le Figaro – Edition de Clermont-Ferrand  - 2 août 1940

 

Les faits d'armes de nos aviateurs :

PIERRE LE GOLAN  jeune sous-lieutenant pilote ABATTIT EN MOINS D’UNE HEURE CINQ AVIONS ITALIENS seul contre quatorze adversaires

 

Pierre Le Gloan, jeune sous-officier d'active, partit aux premiers jours de la guerre dans une formation de chasse.

 

Cela seul constitue une référence. N'est pas chasseur qui veut et, en septembre 1939, les monoplaces les plus modernes n’étaient confiés qu'aux meilleurs pilotes. La sélection était sévère. Tout de suite, dans les engagements locaux qui mirent aux prises Français et Allemands au-dessus des lignes et dont le combat du 6 novembre restera l’exemple le plus fameux, Le Gloan s'imposa.

 

Avec Sallés, avec Plubeau, avec Legrand, il fut un des premiers à compter plus d'une victoire.

 

A l’époque où déjà l’on parlait des merveilleux exploits du « sergent ...X »  ou de « l’adjudant ...Z  », le nom de Le Gloan se cachait sous ces lettres ultimes de L’alphabet.

 

Mais, alors, les batailles n'étaient pas aussi fréquentes qu’auraient voulu nos champions. Le plus souvent l’adversaire s'attaquait aux triplaces d'observation. Que survint un « chien de garde » et l’assaillant s'enfuyait sur. Des ailes, hélas ! Trop rapides...

 

On jugera dans ces conditions, le mérite de Le Gloan qui parvint, cependant à inscrire à son tableau de chasse six avions abattus !

 

A l'offensive, il avait gagné la croix de, guerre avec palmes, la médaille militaire et le galon d’officier. Il avait gagné aussi, auprès de ses frères d'armes, une réputation de « bagarreur » redoutable. Et l’admiration affectueuse de ses pairs suffisait à sa modestie.

 

Un héros authentique se dérobe à la renommée. Il était dit, pourtant, ou écrit quelque part dans ce ciel où il régnait sans rival, qu'il allait forcer les portes de la gloire. Sa prodigieuse victoire du 15 juin lui valut, en effet, l’honneur d'être cité au communiqué.

 

Le jour ou l’Italie déclara la guerre à la France, notre « as » faisait partie d’un groupement stationné non loin des Alpes et de la Méditerranée. Après avoir bourlingué tout l’hiver dans les grains et les brumes de I'est, il trouvait, tout prêt, un champ immense, azuré et calme, ouvert sans limites à ses chevauchés fantastiques. Le premier accrochage ne se fit pas attendre.

 

Insensible à la grandiose beauté des hautes cimes et de l’étendue infinie de la mer, Le Gloan patrouillait à 3 000 mètres. Tout allait bien. Le moulin tournait comme une horloge, les chargeurs étaient pleins jusqu’à la gueule, et la provision d’essence à peine entamée. Un autre aviateur suivait au-dessus à quelques dizaines de mètres.

 

Soudain à l’horizon naissent douze points noirs qui très vite grossissent et peuvent être identifiés aisément : douze monoplaces italiens. Deux contre douze, un contre six. Il n'y a pas de quoi s'émouvoir. C'est la proportion classique.

 

Le Gloan avait depuis longtemps alerté son coéquipier, quand tout paré pour la mêlée, il fonce tête baissée dans le tas. A la première rafale, un ennemi plongea dans le sifflement aigu que font entendre les avions frappés à mort. Une deuxième passe, rapide comme l’éclair : une deuxième victime. Le pilote pas eu le temps de compter jusqu’à dix entre les deux.

 

Les six antérieurs plus deux font huit.

 

Les italiens ont compris qu’ils viennent de trouver un maître. La sagesse commande battre en retraite Un nuage compatissant vient par hasard leur tendre l’abri de son écran. Mais avant qu’ils ne l'aient atteint, Le Gloan, rageur, la manette des gaz à fond et le manche sur le ventre, les a rattrapés et en a envoyé un en bas.

 

Huit plus un font neuf.

 

Dans le feu de la bataille. Le Gloan a perdu, de vue son camarade. Ni lui, ni personne, aussi loin que porte le regard. Soldat discipliné, le vainqueur solitaire demande, par les ondes, l’ordre du commandant après avoir « rendu compte ».

 

Rentrez au terrain,

 

Un virage sur l’aile et le retour commence au régime de croisière. Une promenade. Mais une promenade qui réservait encore de l’imprévu.

 

Au moment même, un chasseur italien qui venait de mitrailler une de nos bases rentrait, lui aussi, dans ses lignes. Les deux appareils suivaient en sens inverse la même route – le hasard en avait décidé ainsi. Ils devaient fatalement se rencontre. L’ennemi n’eut pas à s’en féliciter. Dès les premières attaques, il partit en flammes à la verticale, laissant dans son sillage une colonne noire de fumée que le vent trop faible mit longtemps à faire disparaître.

 

Neuf plus un font dix.

 

Le Gloan pouvait penser que c'était fini pour ce jour là. Les proies ne viennent pas s’offrir ainsi, tous les quarts d’heure ! Il regardait le ciel par habitude, par réflexe. Mais .sans espoir. La loi des probabilités fut mise en pièces par l’arrivée d’un Fiat BR20 qui cherchait des cibles à quelques kilomètres d’un important aérodrome. C’est lui qui devint cible. Mais Le Gloan faillit le manquer. Il ne lui restait plus que quelques cartouches. IL s’agissait de bien les placer.

 

Malgré la violente défense adverse le chasseur approche de sa victime à la toucher et fait mouche à l’ultime giclée. Les mitrailleuses vides, lais le cœur plein de joie et de fierté Le Gloan atterrit.

 

Dix plus un font onze.

 

Comme Le Gloan, tous les pilotes de chasse français eurent à luter plusieurs fois par jour, à 1 contre 5 ou à 1 contre dix. Tous firent preuve d’une même virtuosité et d’un même courage.

 

Emile Séverac

 

 

LA LÉGENDE DE PIERRE LE GLOAN – Article paru dans Le Figaro du 2 aôut 1940 – Edition de Clermont Ferrand

Cliquez sur le titre ci-dessus pour lire ou imprimer cet article (format PDF)

qui est suivit de quelques commentaires de l’auteur de ce site

 

 

Le Gloan - Le Luc - 15 juin 1944 - Représentation d'artiste

 

 

 

 

 

UN EXEMPLE DE CE QU’ON PEUT LIRE DANS

LA PRESSE SPÉCIALISÉE DE NOS JOURS

 

Ce texte, bien documenté, rédigé à partir des archives officielles de l’Armée de l’Air (dont les rapports de combat) a été largement diffusé et il fait référence. Il est dû à Christian-Jacques Ehrengardt, Philippe Listemann et Pierre-André Tilley, spécialistes bien connus.

On peut le trouver sur Internet :

http://aerostories.free.fr/pil_cha_fr/legloan/

ou dans la revue « Aéro Journal - Numéro Hors Série n°8 de décembre 2004 « Le Dewoitine 520 » .

 

« Ce jour-là, vers à 11h40, la patrouille d'alerte du GC III/6 reçoit l'ordre de décoller. Une quinzaine d’avions ennemis, ont été signalés franchissant la frontière. Les capitaines Jacobi et Bernache Assollant courent jusqu'à leur avion, s'installent et mettent le contact. Le Gloan est arrêté net dans son élan par son mécano qui lui apprend que son D.520 habituel (n°277) n'est pas en état de décoller. À une vingtaine de mètres, Le Gloan en aperçoit un autre que les mécanos ont mis en route. Il n'hésite pas une seconde, mais en grimpant sur l'aile, il marque un léger temps d'arrêt : il a laissé son parachute dans son avion. Tant pis ! Il n'a pas le temps d'aller le chercher, l'ennemi n'attendra pas.

 

Chef de patrouille, Le Gloan décolle en tête, à 11h 45, suivi par les deux capitaines. Ils prennent rapidement de l’altitude pour se porter à 4 000 mètres à la rencontre des Italiens. Au dessus de Saint-Raphaël, ils reçoivent l’ordre d’obliquer vers Saint-Tropez, mais à ce moment Jacobi se plaint du changement de pas de son hélice et doit faire demi-tour. Les deux pilotes restant aperçoivent douze Fiat CR.42 qui volent comme à la parade, en quatre sections espacées (on peut lire ailleurs : en un « V » très allongé) sans se soucier de ce qui peut surgir sur leurs arrières. Ils font route à vitesse de croisière vers le sud-ouest. Ils n'ont pas repéré les deux Dewoitine.

 

Ceux-ci basculent et effectuent un virage aussi serré que possible pour se retrouver dans le sillage des biplans Il est juste midi quand les deux Français ajustent calmement leur visée sur la dernière section, Le Gloan sur l'ailier gauche et Assollant sur l'ailier droit. Le premier Fiat pique instantanément en flammes vers Beauvallon. Le second est  sérieusement atteint, mais son pilote peut sauter en parachute tandis que son appareil en flammes s’abat près de Ramatuelle. Le chef de section réussit à fausser compagnie à ses agresseurs ; Assollant qui a viré en sens inverse de Le Gloan plus rapidement que lui s’est bien retrouvé derrière l’Italien, mais emporté par son élan il l’a manqué.

 

Assollant se rapproche de Le Gloan et par signes lui fait comprendre que ses armes sont enrayées et qu'il rentre au bercail. Le Gloan décide de poursuivre la patrouille et son attention est attirée par des flocons de DCA à la verticale de Hyères. Parvenu sur les Lieux il tombe nez à nez avec un groupe de deux (trois ?) CR.42 qui repartent vers l'Italie. Au cours du bref engagement qui s'ensuit, Le Gloan descend l'un d'eux qui s'écrase près du Cap Camarat. Huit autres surgissent des nuages et tentent de surprendre le Français. Mais Le Gloan les a vus et déjoue leur manœuvre en piquant violemment.

 

Pendant ce temps, le terrain du Luc reçoit la visite d'autres avions italiens et Le Gloan reçoit par radio l'ordre de rentrer sans tarder. Surprenant deux (un ?) Fiat dans leur passe de mitraillage (un ? ), il en abat un d’une courte rafale, à moins d'un kilomètre de la piste, à la ferme des Thermes, près du Cannet-des-Maures. Il reprend de l'altitude pour maintenir une couverture du terrain puis aperçoit vers 4 000 mètres un Fiat BR.20 venu probablement photographier le résultat de l'attaque. Après plusieurs passes le bimoteur va s’abattre en flammes dans un champ de la ferme du Moulin Rouge.

 

Au cours de cette sortie, qui n'a pas duré plus de trois quarts d'heure, Le Gloan est crédité de cinq victoires confirmées, dont les deux premières en collaboration avec Bernache-Assollant. C'est un exploit qu'aucun pilote français n'a accompli depuis René Fonck. D'ailleurs, le grand as de 14-18, alors lieutenant-colonel et chef du groupe de contrôle aux armées, dépendant de l'état-major général de l'armée de l'Air, se rend quelques jours plus tard au Luc pour féliciter son cadet et lui annoncer sa promotion au grade de sous-lieutenant. »

 

 

 

 

 

LE TÉMOIGNAGE DE MICHEL CWYNAR

PILOTE POLONAIS AU GC III/6 LE 15 JUIN 1940

 

 

« Mon chef d’escadrille s’appelait Pierre ; c’était un réserviste plus intéressé par la pêche à la ligne dans la rivière voisine que par la guerre.

 

Une fois, lui et moi étions "d’alerte", c'est-à-dire prêts à décoller en cas d'urgence pour défendre notre aérodrome ou la base navale de Toulon située à proximité. Normalement, ceux qui étaient d’alerte devaient bien sûr rester à l'aérodrome quand les autres montaient dans le camion qui les emmenait déjeuner au Luc, à cinq kilomètres de là. Mais ce jour là, Pierre se mit en tête de convaincre le Commandant du Groupe que c’était inutile, car un adjudant de la 5ème escadrille était justement en train de conduire une patrouille au dessus de Toulon.

 

Lorsque le Commandant lui rappela qu'il y avait plus de soixante-dix avions dispersés autour de l'aérodrome, en comptant les vieux Morane 406, Pierre a haussé les épaules et a dit : "Oh, ça va"…

 

Un peu plus tard nous étions au Luc autour de la table du restaurant. Le Commandant n’a pas eu le temps de porter le traditionnel toast à la "République" car nous avons entendu des bruits d’avion. En fait douze biplans CR42 viraient sur leur droite pour s’aligner sur notre terrain et le mitrailler. Nous avons couru vers le jardin et avons regardé incrédules ce qui se passait.

 

Il n'y avait pas de poste de radio dans le camion qui nous ramenait à la base. Il était trop tard.

 

Toutefois, l'honneur français a été, dans une certaine mesure, préservé. Au moment où les Italiens entamaient la première passe de mitraillage, Pierre le Gloan, de la 5ème,  rentrait justement à la base. Il se mit en position pour attaquer le dernier biplan de la formation italienne et commença à ouvrir le feu sur lui. Arrivant très vite, il dépassa l’italien et il fit alors battre plusieurs fois violement le gouvernail du Dewoitine à droite et à gauche pour le ralentir et pouvoir ainsi se replacer à l’arrière de son adversaire.

 

Il tira une courte rafale de canon de 20 mm sur le coté droit de la queue de l’Italien, et le petit biplan, avec sans doute une doute structure essentiellement faite de bois, s’abattit tandis que son pilote sautait. On apprit par la suite que cet avion était le quatrième que le Gloan avait abattu depuis le début de sa patrouille.

 

Dans le camion qui nous ramenait du restaurant au terrain nous étions catastrophés à l’idée des horribles dégâts que les Italiens avaient dû infliger à nos touts nouveaux Dewoitine. Mais quand nous sommes arrivés à l'aérodrome nous avons été agréablement surpris. Tous les Dewoitine étaient intacts. Seuls trois Morane 406 avait été légèrement endommagés.

 

 […] »

Traduit de l’anglais - FXB 2008

Texte de Michal  CWYNAR - vers 1990 - cité par Wilhelm Ratuszynski

http://www.elknet.pl/acestory/cwynar/cwynar1.htm

 

Voir le texte complet de Michel CWYNAR

 

 

 

 

 

UN POINT DE VUE ITALIEN

 

 

« Le 15 juin 1940, le quartier général italien donna l’ordre aux 150ème, 18ème et 23ème Groupes d’attaquer les terrains d'aviation français de « Le Cannet des Maure - Le Luc », à 2 km au sud-est du Luc et de « Cuers Pierrefeu », près de la base navale de Toulon en vue de détruire et de perturber les forces aériennes françaises au sol.

 

Attaque italienne sur "Le Luc - Le Cannet des Maures"  et "Cuers Pierrefeu" - 15 juin 1940 - Carte de situation

 

 

Le Cannet des Maures était la base du GC III/6, qui y était arrivé le 3 juin avec des chasseurs Morane Saulnier MS.406 et qui avait depuis déjà remplacé la moitié de ses vieux appareils par les nouveaux Dewoitine D.520 (le 15 Juin 1940, le groupe a au moins 13 D.520 en main).

 

Le terrain de « Cuers Pierrefeu » était la base du AC3, escadrille de l'Aéronautique Navale, équipée de onze chasseurs Bloch 151 et de l’escadrille de bombardement en piqué AB3 de l'Aéronautique Navale, équipée de 11 bombardiers en piqué Vought 156.

 

 

Chasseur Bloch 151 de l'Aéronavale française

 

Bloch 151

 

Bombardier Vought 156 F de l'Aéronavale française               Bombardier Vought 156 F de l'Aéronavale Française

 

Vought 156F

 

 

L’attaque du 23° Groupe sur Le Luc - Le Cannet des Maures

 

À midi, 25 CR 42S du 23° Groupe sont partis de Cervère, une petite ville du Piémont près de la frontière française,  pour attaquer le terrain d'aviation de « Le Cannet Des Maures ».

 

Le premier groupe, sous le commandement du commandant Tito Falconi (1), commandant le 23° Groupe dans un CR 42 de l’escadrille 70, devait procéder à un mitraillage en rase-mottes. Ce groupe était composé du capitaine Luigi Fillippi (2), commandant l’escadrille 75, des lieutenants Mario Rigatti (3) et Calogero Mazza (4), des s/Lt Malvezzi (5), du maréchal Luigi Pasquetti (6), des sgt/major Renzo Borrro (7), Davini (8), Germano Gasperoni (9), tous de l’escadrille 75, du capitaine Guido Bobba (10), commandant l’escadrille 74, des sgt/major Arnaldo Sala (11) et s/Lt Domenico Tessera (12).

 

Le reste de la formation, devait rester en couverture supérieure. Il y avait là le capitaine Ottorino Fargnoli (13), commandant l’escadrille 70, le lieutenant Claudio Solaro (70°) (14), le s/Lt Oscar Abello (70°) (15), le Lt Ezio Monti (75°) (16), le sgt/major Balilla Albani (70°) (17), le sgt Carlo Scarselli (70°) (18), le sgt/major Celso Zemella (70°) (19), le Lt Lorenzo Viale (74°) (20), le  Lt Mario Benedetti (74°) (21), le Lt Mario Pinna (74°) (22), le sgt/major Renzo Bocconi (74°) (23), le sgt Raffaele Marzocca (74°) (24)et le sgt Emilio Stefani (74°) (25).

 

Ils sont arrivés au-dessus de la cible à 13h00 et l’ont attaqué sous un violent feu anti-aérien. Ils ont prétendu avoir atteint quinze Curtiss et quatre vieux bombardiers qui étaient stationnés sur les côtés de la piste d'atterrissage, en particulier le capitaine Bobba a revendiqué des coups au but sur trois avions, de même que le s/Lt Tessera, tandis que le sgt Sala a prétendu avoir détruit deux avions au sol (il semble qu'au moins trois D.520 ont été détruits en flammes, les n°257, 294 et 304).

 

Capitaine Luigi Fillipi - Abattu par Le Gloan le 15 juin 1940

 

Capitaine Luigi Filippi

 

Pendant l’attaque un certain nombre de chasseurs français identifiés en tant que « quatre ou cinq Morane » ou alternativement « Dewoitine » a engagé les Fiat pendant leur mitraillage au sol. Le capitaine Filippi (MM4361) a été abattu par l’adjudant Pierre Le Gloan du GC III/6. Filippi sauta et fut capturé. Le maréchal Pasquetti a revendiqué un « Morane » mais a été aussi frappé  (par la D.C.A. dans le rapport, mais plus vraisemblablement par Le Gloan) ; blessé, il est retourné à Cervère avec grande difficulté. Il a été décoré plus tard de la médaille d’argent de la « Bravoure Militaire » pour cette mission. Les chasseurs du Lt Rigatti et du s/Lt Malvezzi ont été également endommagés (par la D.C.A dans le rapport). Parmi les pilotes de la patrouille de couverture, le Sgt Stefani a revendiqué un « Morane », le Lt Benedetti un « Morane » probable et le Sgt Marzocca un « Morane » endommagé. Les pilotes de l’escadrille 70 ont rapporté un engagement indécis sans pertes causées ou enregistrées ; le Lt Viale a eu son avion sérieusement endommagé par une balle explosive qui a frappé la jonction entre l'aile inférieure et le fuselage. En rentrant à a base l'avion était déclaré RD (Riparabile in Ditta, c'est-à-dire réparable mais seulement dans l'atelier du fabricant) et il fut envoyé aux ateliers d'Aeritalia-Fiat à Turin.

 

Les pilotes du 23° Groupe ont observé qu’en dépit de coups au but sur des avions au sol, ceux-ci n'avaient pas brûlé. Il s’est avéré que cela avait été provoqué par une série défectueuse de munitions incendiaires

 

 

L’attaque du 150° Groupe sur Cuers - Pierrefeu

 

La formation du 150° Groupe décolla de Villanova D'Albenga, en Ligurie près de la mer, à 12:00. Elle était composée de 27 Fiat CR.42s divisé dans trois groupes. Leur cible était le terrain d'aviation de Cuers Pierrefeu, au-dessus duquel ils sont arrivés à 13h00.

 

Le premier groupe de huit avions était commandé par le capitaine Giorgio Graffer (1), commandant de l’escadrille 365a, et composé du Lt  Franco Gatti (2), du s/Lt  Lorenzo Clerici (3), du maréchal Felice Sozzi (4), du maréchal Virginio Bodini (5), du Sgt/major Guido Fibbia (6), du Sgt/major Felice Squassoni (7)et du Sgt Bruno Zotti (8), tous de la 365°,  a attaqué le terrain d'aviation de Cuers lui-même.

 

Le second groupe de neuf chasseurs de l’escadrille 363a, était mené par le commandant du Groupe, le lieutenant-Colonel Rolando Pratelli (9), avec les capitaine Luigi Mariotti (10), commandant l’escadrille, Lt Pietro Garfagnoli (11), s/Lt Mario Daverio (12), maréchal Giuseppe Salvadori (13), sgt/major Natale viola (14), sgt/major Bruno Benassi (15), sgt Paolo Rossi (16), sgt Antonio Lazzari (17)

 

Profil d'un Fiat CR 42 "Cigogna" du 150° gruppo italien

 

Fiat CR 42 du Groupe 150 - Escadrille 363

 

 

 Le troisième groupe de huit, de l’escadrille 364, était placé sous le  sous le commandement du Colonel Arrigo Tessari (18) commandant du 53° Stormo, avec les capitaine Nicola Magaldi (19), commandant l’escadrille), capitaine Nino Caselli (20), Lt Zuffi (21), Lt Alberto Spigaglia (22), maréchal Delfino Fratini (23), maréchal Ugo Guidi (24), sgt/major Virgilio Pongiluppi (25), sgt Giovanni Negri (26)et sgt Achille Pacini (27)

 

Le second et le troisième groupe avaient pour mission de couvrir Greffer et ses hommes pendant l'attaque au sol.

 

Le groupe de couverture mené par Colonel Tessai (troisième groupe) a engagé six chasseurs français, tandis que le groupe de Greffer (premier groupe), après quatre ou cinq passages de mitraillage au sol s’en prenaient aussi aux « Morane » en regagnant le groupe de huit avions de Tessai.

 

A la fin des fins les revendication sont été les suivantes ; quatre Morane abattus, tous les Bloch 151s du AC3 détruits (ce qui est confirmé par les rapports français) et 15 « Morane » détruits au sol (en fait ce sont au moins six Vougier 156s de l AC3 qui ont été détruits). Les victoires ont été créditées comme « partagées » à tous les pilotes du Groupe.

 

Les avions du capitaine Nino Casella (MM5579) et du lieutenant Zuffi de la 364°(MM5590) ont été perdus. Le Fiat de Casella a été abattu par les chasseurs français et il a été tué, alors que Zuffi de posait sans dommage à Cuers Pierre feu à cause d’une perte de puissance. Zuffi a été fait le prisonnier et son avion intact a été récupéré par les Français. C’est le seul avion italien qui ait été capturé par l'Aéronautique Navale française. Dans les jours suivants, il a été peint aux couleurs françaises et ce trophée a été mainte fois photographié avec des pilotes posant près de lui. Après l’armistice les Italiens ont dû faire de grands efforts auprès des autorités de Vichy pour qu’il leur soit restitué, ce qui fut fait en août.

 

Profil du Fiat CR 42 de Lt Zuffi repeint aux couleurs françaises               Maquette du Fiat CR 42 du Lt Zuffi repeint aux couleurs françaises

 

Profil et maquette du Fiat CR 42 du Lt Zuffi repeint  aux couleurs françaises

 

 

Les Fiat de Greffer et de Clearing ont été aussi endommagés par les chasseurs français pendant l’affrontement.

 

 

La mission du 18° Groupe

 

Enfin, le 18° Groupe avec 15 Fiat CR.42s a décollé de Villanova d'Albens juste après le 150° Groupe. Ils ont patrouillé sur l’axe Cuers Pierre feu -  Cannet Maures - Hyères, ce dernier étant un terrain d'aviation situé à 13 kilomètres à l'est de Toulon, pour prévenir une éventuelle attaque de chasseurs français.

 

Mené par le commandant Ferrugineux Silla (1), commandant du Groupe, la formation était composée des capitaine Giulio Agnelli (2), commandant l’escadrille 85, OLt Giulio Cesare Giuntella (3) et sgt/major Giuseppe Ruzzin (4) de la 85°, capitaine Gino Lodi (5) commandant de l’escadrille 95, s/Lt Eugenio Salvi (6), maréchal Felice Longhi (7), maréchal Giovanni Ferrari (8) et sgt/major Giacomo Grillo (9) de la 95° -Vosilla ayant Salvi et Longhi comme ailier - et aussi du Colonel Fortunato Rolando (10), comandant le 3° Stormo avec le maréchal Francesco Colombo (11) et le sgt/major Eudo Parmiggiani (12) comme ailier, ainsi que le capitaine Edoardo Molinari (13), commandant de la 83a°, s/Lt Carlo Lolli  (14) et maréchal Gaetano Bortolini (15)

 

Profil d'un Fiat CR 42 du 180° gruppo italien

 

Fiat CR 42  - 180 Groupe - Escadrille 83

 

 

À une altitude de 5500 mètres au-dessus de Beau Champ ils ont été interceptés par les chasseurs ennemis, sortant soudainement d'un banc de nuages. Ils ont été identifiés comme des  « Morane 406 » et des « appareils d’un autre type non connus ». Dans le combat qui s’en suivi les Italiens déclarent en avoir abattu trois d’entre eux et en avoir atteint quatre autres, sans pouvoir s'assurer des dommages réellement infligés (ces revendications ne peuvent pas être vérifiées avec des sources françaises). Ces victoires n’ont pas été créditées à des pilotes en particulier et ont été attribuées en collaboration aux quinze pilotes participant à la mission.

 

Pendant ce combat, deux avions de l’escadrille 83a ont été perdus ; le sgt/major Parmiggiani (MM4449) qui a été abattu, a pu sauter en parachute et a été fait prisonnier, et le maréchal Colombo (MM4366) a été tué. Tous les deux ont été probablement abattus par Le Gloan et Assollant du GC III/6 qui avait attaqué le « vic » du commandant du Stormo. Tous les combattants de la 85° escadrille ont eu les armes enrayées et ont été forcés de fuir. Le capitaine Anelli, en particulier, a pu disparaître dans les nuages pour échapper aux chasseurs ennemis, mais il se perdit et fut contraint de se poser à Dorniella, près de Grosseto en Toscane en cassant le train d'atterrissage de son avion ; celui-ci (MM4372) a été fortement endommagé (RD).

 

Enfin le Fiat du maréchal Gaetano Bortolini a été frappé par un coup de canon qui a ouvert un trou de 60 centimètres dans l'aile supérieure. Plus tard dans la journée, deux appareils supplémentaires ont été fortement endommagés (RD) en se posant en catastrophe à Villavona d'Albenga en raison des mauvaises conditions dues au terrain inondée par une forte pluie. La perte de ses avions est donc  sans rapport avec les combats précédents.

 

 

L’analyse des rapports français par les Italiens

 

Les Français ont rapporté que dans les premières heures du 5 juin le mauvais temps avait entraîné la suspension des activités aériennes, mais qu’au milieu de la matinée, le temps s’étant éclairci, une patrouille composé de l’adjudant Diaz, du sergent Pimont et du sous-lieutenant Stagé a décollé à 10h00 pour couvrir la mission de reconnaissance d'un Potez 63. Cette mission a été accomplie avec succès.

 

À 11:40, le poste de commandement de Toulon a signalé que de grandes formations d’appareils lourds et de bombardiers avaient passées la frontière et se dirigeaient  vers le sud-ouest. Cinq minutes plus tard un patrouille simple (groupe de trois avions) de Dewoitine D.520s, avec l’adjudant Pierre Le Gloan, le capitaine Jacobi et le capitaine Assollant, de la 5ème escadrille du G.C. III/6 a décollé.

 

La patrouille s’est dirigée vers Saint-Raphaël, sur la côte près de la frontière italienne, où un groupe de quinze avions ennemis a été signalé. Quatre minutes plus tard, à 11h 49, une deuxième patrouille simple, capitaine Guerrier, adjudant Japiot, sous-lieutenant Capdeviolle, cette fois de la 6ème escadrille, décolle à son tour pour aider la première. Cependant, elle a décollé trop tard et n'a pas pu participer au combat.

 

Après l'arrivée au-dessus de Saint-Raphaël, la patrouille de Le Gloan a reçu par radio l’ordre d'aller au-dessus de Saint-Tropez, à 30km environ au sud-ouest. En même temps, le capitaine Jacobi a été forcé de revenir à cause de problèmes de moteur. Le Gloan a aperçu alors une formation de douze Fiat CR.42s se dirigeant vers le sud-ouest. Il les a rejoint rapidement et les attaqué à 12:00. Le Gloan et Assollant ont déclaré que dans un bref combat ils avaient abattus en coopération les deux derniers avions de la formation italienne. Le premier s’est écrasé en flammes près de Beauvallon (probablement le maréchal Colombo de la 83a°), tandis que l'autre s’est écrasé en flammes près de Ramatuelle, mais son pilote a été vu sautant en parachute  (probablement  le sergent Eudo Parmiggiani du 83a°).

 

À ce moment les deux pilotes de la patrouille se sont trouvés séparés. Le Gloan a viré sur Saint-Tropez et a perdu le contact avec l'ennemi, tandis que le capitaine Assollant attaquait un troisième chasseur italien (peut-être le maréchal Bortolini de la 83a°, mais ses armes se sont enrayées et il a dû se désengager revenir et revenir au Cannet des Maures.

 

L’adjudant Le Gloan a alors vu des tirs antiaériens dans la direction du terrain d'aviation de Hyères (étant au-dessus du saint Tropez cette direction est effectivement voisine de la direction du terrain de Cuers-Pierrefeu, qui était effectivement soumis aux attaques italiennes à ce moment ;  Hyères et Cuers étant a environ 45 km de Saint-Tropez. Le Gloan a volé dans cette direction et a découvert un groupe trois Fiat CR.42s volant vers l’est. Il a attaqué le Fiat volant à la droite de ce groupe et l’a vu tomber après son premier tir près de la côte (château de Saint-Amé  dans la baie de Pampelonne).

 

 Cette revendication n'est pas confirmée avec les comptes-rendus italiens mais est il pourrait s’agir d’un combat avec un avion du 150° Groupe revenant de l'attaque sur Cuers ou alors de retardataires de la formation de 18° Groupe

 

Le Gloan a été alors attaqué par huit chasseurs  italiens et il s’est désengagé en piquant au loin.

 

En même temps, vers 12:15, il a reçu par  radio l’ordre de revenir à Le Cannet des Maures qui était soumis aux attaques. Il a obéi immédiatement, et il est arrivé au-dessus de son terrain d'aviation tandis que les Italiens le mitraillaient en rase-mottes. Il a plongé sur deux ou trois assaillants et avec un seul coup de canon il a descendu l'un d'entre eux (capitaine Filippi). Cet avion est tombé en flammes près de la ferme du Thermes, juste à 1km du terrain d'aviation du Le Cannet.

 

Continuant sa patrouille Le Gloan a vu un bombardier Fiat BR.20 effectuant une mission de reconnaissance au-dessus du Cannet des Maures, probablement dans le but de vérifier les dommages infligés au terrain d'aviation. Le Gloan l'a attaqué et, n’ayant plus de munitions pour son canon, l’abat en cinq passages avec ses mitrailleuses. Le bombardier s’est abattu près de la ferme du Moulin Rouge.

 

C'est en fait le Fiat BR.20 MM21873 de l’escadrille de reconnaissance stratégique 172a, qui a été abattu au dessus du Luc. Deux membres d'équipage ont été tués ; le caporal mécanicien Giovanni Bonanno et le caporal photographe Egisto Di Croce. Les trois autres membres de l’équipage ont été fait prisonniers de guerre, à savoir le commandant Mario Salvadori, un agent de renseignement du QG de l'Armée de l'Air à bord en tant que passager, le capitaine Giorgio Parodi, commandant de l’escadrille et le mitrailleur Attilio Imparato. Bonanno a été à titre posthume décoré de Médaille d’Or de la Bravoure Militaire pour  avoir aidé son commandant, qui était blessé, à  sauter de l'avion en chute, sans pouvoir le faire lui-même et qu’il est s’en est suivi sa mort dans le crash de l’appareil.

 

Pour l’aérodrome de Cuers Pierrefeu, attaqué par le 150° Groupe, les Français ont rapporté que les assaillants italiens ont attaqué les Vought de l’AB3 garés au sol et en ont détruit six d'entre eux. Une section de trois chasseurs du AC3 avait pris l’air juste quelques minutes avant l'attaque italienne. Elle était commandée par l’Enseigne de Vaisseau Carmeille et comprenait les seconds-maîtres Saint-Vanne et Heff. La section devait patrouiller entre Le Luc en Provence et Saint-Raphaël. Près de la première localité elle s’est trouvée impliquée dans un combat avec 15 assaillants italiens (probablement le 18° Groupe). La section n'a pas revendiqué de faits d’armes et n'a enregistré aucune perte, même si, plus tard, elle a été créditée de 2 avions italiens abattus en partage. Après ce combat, les trois pilotes ont continué à patrouiller au-dessus de Toulon.

 

Deux autres sections de CA 3 ont décollé tandis que les Italiens arrivaient au-dessus de Cuers. La section commandée par le lieutenant de Vaisseau Ziegler, commandant l’AC3, était composée par le second-maître Miramont et Briet. Gagnant de l'altitude au-dessus de Cuers, cette section a été attaquée par les chasseurs italiens. Ziegler a eu son Bloch 151 (numéroté AC3.1, numéro de série 77) sérieusement endommagé et blessé, il a été forcé d’atterrir sur le ventre à sa base avec son train d'atterrissage gauche coupé à moitié. Briet, pour sa part, a été mis rapidement en difficulté par les attaques des Italiens supérieurs en nombre, avec les ailerons endommagés et le réservoir troué. Il s’est donc désengagé et a rejoint la première section au-dessus de Toulon.

 

 Miramont a engagé combat au nord-est de du terrain d'aviation, au-dessus des collines de Hyères. Son Bloch 151 (numéroté AC3.3, numéro de série 69) a été sérieusement endommagé, mais dans l’ardeur du combat, il s'est retrouvé à 50 mètres derrière un Fiat CR.42 (capitaine Nino Caselli) et l’a abattu avec une simple rafale de ses quatre mitrailleuses. Il ne pouvait plus continuer le combat après ceci et il a dû se poser à Hyères.

 

La troisième section de AC3 a beaucoup plus souffert. Elle était commandée par l'adjudant-chef Hourcade, un pilote de l'Armée de l'Air attaché à l'Aéronautique Navale depuis 1939, (Bloch 151 AC3.15 n°51) et comprenait Soulimont (Bloch 151 AC3.8 n°348 de Bloch 151) et le second-maître Le Bihan (Bloch 151 AC3.9 n°37). Quelques secondes après le décollage, Hourcade a été abattu et tué par les Fiat en maraude. Soulimont a engagé les Italiens mais a été immédiatement mis hors combat et contraint de se poser en catastrophe avec un avion criblé de balles. Le Bihan a reçu un obus dans le moteur et cinq minutes après a tenté de se poser dans le voisinage de Rocbaron. Malheureusement, son avion a heurté un arbre et a explosé en  des flammes en touchant terre. Il a réussi à se dégager de l'épave brûlante, mais il est mort cinq heures plus tard à l'hôpital.

 

Quelque temps après Le Bihan a été crédité d'une victoire aérienne obtenue par collision volontaire, mais au regard des comptes-rendus originaux des combats il n’y a aucune trace d’un tel fait d’armes.

 

Il est intéressant de noter que toutes les revendications de Le Gloan ont été homologuées par le commandement de la Zone d'Opérations Aériennes Alpes (Z.O.A.A.). Or dans l’Armée de l'Air Française, « l'homologation », ou confirmation définitive d'une victoire aérienne, devait être corroborée par des évidences et  était tout à fait difficile à obtenir.

 

Ses victoires ont été créditées comme suit :

 

- Fiat CR.42 - Ramatuelle - Individuelle

- Fiat CR.42 - Saint-Amé, baie de Pampelonne  - Partagé avec Assollant,

- Fiat CR.42 - Beauvallon - Individuelle

- Fiat CR.42 - Ferme des Termes le Luc - Individuelle

- Fiat  BR.20 - Ferme du Moulin Rouge - Joués, Vidauban.

 

Ceci n'est pas en accord complet avec la reconstitution ci-dessus. Il est également intéressant de noter que les victoires revendiquées par l’AC3 n'ont pas été apparemment homologuées. »

 

Traduit de l’anglais - FXB 09/2008

http://surfcity.kund.dalnet.se/

 

 

 

 

 

UN SECOND POINT DE VUE ITALIEN

 

 

« 15 Juin:

 

Les CR42 du 150°Gruppo attaque l'aérodrome de Cuers, où 6 AB3 Vought 156 AB3 sont détruits au sol.

 

Trois patrouilles de Bloch 151 de l’AC3 décollent sur alerte.

 

La première attaque 15 CR42 au dessus du Luc, sans résultats de chaque côté, bien que les Français seront crédités de 2 victoires, à la suite quoi elle retourne au dessus de Toulon.

 

La seconde patrouille est attaquée alors qu’elle tente de prendre de l'altitude. L’avion du chef de patrouille, le lieutenant de vaisseau Ziegler (Bloch n ° 77) est atteint et s’écrase au sol, celui du 2ème maître Briet est endommagé, mais il réussit à se désengager et à rejoindre à la première patrouille au dessus de Toulon. Le troisième avion, celui du 2ème maître Miramont (Bloch n ° 69) est également endommagé, mais il réussit à abattre le Fiat MM 5579 du Cne Nino Caselli (365a /150ème Gruppo) avant d’atterrir à Hyères et de retourner à Cuers 30 minutes plus tard.

 

La troisième patrouille est massacrée: Le Bloch 151 AC3/15 n°51, de l’a/c Hourcade est abattu peu de temps après son décollage. Le pilote est tué en s’écrasant au sol. Soulimont à bord de l’AC3/8 n°348 a à peine le temps d'engager le combat avant d’être contraint de se poser en catastrophe Enfin, l’AC3/9 n°37, du 2ème maître Le Bihan est également abattu et s’écrase au sol : il mourra peu après de ses blessures. Il sera crédité d'une victoire obtenue en percutant un appareil ennemi, ce qui semble douteux.

 

Les Italiens ont perdu un avion et son pilote Caselli dans le combat. Une autre a été forcé d'atterrir à Cuers, et a donc été capturé par les Français. Les Italiens revendiquent 4 victoires ce qui est correct.

 

Aux environ de 11h45, deux patrouilles de trois avions du GC III/6 sur D.520 décollent du Luc pour intercepter l’attaque italienne. La première est dirigée par Le Gloan, avec le Cne Assollant et le Cne Jacobi, mais ce dernier rentre à cause de problèmes moteur. La seconde patrouille comprend le Cne Guerrier, s/Lt Capdeviolle et l’Adj Japiot.

 

Le Gloan et Assollant reçoivent l’ordre d’aller sur Saint-Tropez où ils interceptent une douzaine de CR42 du 23ème Gruppo. Ils en « descendent » un premier ensemble, mais en fait c'est probablement l'un des 2 chasseurs du 23ème Gruppo qui bien que gravement endommagés parviendront néanmoins à revenir à leur base. Vraisemblablement, l'avion a plongé vers la mer et les pilotes français ont estimé qu'il s'est écrasé, puis un second qui s’écrase au sol tuant son pilote, le capitaine Filippi de la 75a.

 

Assollant poursuit le dernier jusqu'à ce que ses armes s’enrayent et il doit rentrer. Le Gloan attaque ensuite un second groupe de CR42 en se portant sur Hyères où il a repéré des tirs anti-aériens : il abat un appareil et plonge hors de portée des 8 autres.

 

Pendant ce temps, une autre formation de CR42 effectue un mitraillage au sol sur l'aérodrome du Luc et détruit 3 D.520. Le Gloan et la seconde patrouille sont appelés par radio et l’As français abat un autre CR42 qui s’écrase à proximité de l'aérodrome. Il reprend de l'altitude et repère un BR20 du Sq 172bis qu’il abat en 5 passes.

 

Le Gloan est crédité de 5 victoires mais les Italiens ont seulement perdu 3 CR42 (un du 23ème Gruppo et 2 du 18ème Gruppo) et ont eu aussi deux appareils du 23ème Gruppo lourdement endommagés. »

 

Traduit de l’anglais - FXB 09/2008

http://forum.axishistory.com/viewtopic.php?t=93260

 

 

 

 

 

 

AÉRONAUTIQUE NAVALE - LES OPÉRATIONS DE LA F1C

 

F1C : 1ère flottille de Chasse composée des escadrilles AC1 et AC2

 

 

«  [...]

 

En marge des escadrilles AC1 et AC2, il faut se rappeler qu’une troisième, l’AC3,  était stationnée à Cuers-Pierrefeu en mai et juin 1940. Créée en décembre 1939, cette dernière est armée en BLOCH 151 à compter d’avril 1940.

 

Le 10 juin l’Italie nous déclare la guerre. Le 14 de ce mois, 9 avions de l’escadrille effectuent une mission de protection de l’escadre qui bombarde des objectifs italiens dans les environs de gênes. Le lendemain en représailles, 27 Fiat 42 du groupe de chasse d’Albenga attaquent et bombardent nos terrains (Six Vought de l’AB3 sont détruits au sol).  Les BLOCH 151 de l’AC3 décollent alors de Cuers. Deux d’entre eux sont abattus au cours de ce décollage, HOURCADE (1), un moniteur de l’armée de l’air qui décède et second-maitre Marcel LE BIHAN sur l’autre. Ce dernier, blessé, et aux commandes de son appareil gravement endommagé, percute alors volontairement un Fiat italien, et s’écrase ensuite près du village de Rocbaron.  Transporté à l’hôpital de Brignoles, il y décède quelques heures plus tard.

 

Deux bâtiments de la Marine nationale ont porté après guerre, le nom du second-maître LE BIHAN »

 

http://www.postedeschoufs.com/

 

 

(1) Adjudant–chef Pierre, Alfred HOURCADE MEDEBIELLE, né le 15 avril 1905 à Rontignon (64) : le prénom sur la stèle ci-dessous est donc erroné (Information Lucien Morareau du 26/05/2010)

 

 

Stèle du second maître  Marcel Le Bihan - Tué le 15 juin 1940 à Rocbaron    

 

Stèles du second maître Marcel LE BIHAN à Rocbaron

 

 

Stèle de l’adjudant-chef Pierre HOURCADE à Cuers

nommé ici André HOURCADE, sans doute par erreur

aerosteles.hydroretro.net

 

 

 

 

LE POINT DE VUE D’UN SPÉCIALISTE DE L’AÉRONAUTIQUE NAVALE

 

 

« Le Service historique de l'Aéronautique militaire italienne donne comme pertes pour le 15 juin 1940 :

 

- Fiat CR.42 MM4361 - 13° Gruppo, abattu, pilote : Cap Filippi, prisonnier

- Fiat CR.42 MM4366 - 18° Gruppo, abattu, pilote : Adjt Colombo, tué

- Fiat CR.42 MM???? - 18° Gruppo, abattu, pilote : sgt Parmiggiani, prisonnier

- Fiat CR.42 MM5579 - 150° Gruppo, abattu, pilote : Cne Caselli, tué

- Fiat CR.42 MM5590 - 150° Gruppo, posé en panne, pilote : Lt Zuffi, prisonnier

- Fiat BR.20 MM21873 - 172° Squadriglia, abattu, équipage : Caporaux Bonnano et Di Croce, tués, Cdt Salvadori, Cne Parodi et Cal Imparato, prisonniers.

 

Les deux appareils du 150° Gruppo ayant été perdus au cours des combats contre l'escadrille AC3 de la Marine, au-dessus et autour de Cuers, cela ne nous en laisse que quatre à mettre au crédit du III/6 et/ou de Le Gloan.

 

 […] »

Lucien  Morareau - 13/08/2008

http://www.aerostories.org/aeroforums/

 

La légende de Marcel Le BIHAN

 

Une carte postale de 1944 due à L-M. BAYLE illustrant la légende de Marcel Le BIHAN

 

 

 

 

 

LE POINT DE VUE D’UN CONTRIBUTEUR BIEN CONNU DU FORUM « AVIATION ANCIENNE »

 

 

Les italiens ont surestimé leurs victoires, tout comme l'Aéronautique Navale, à contrario de l'Armée de l'Air.

Les revendications françaises ce jour-là sont :

 

12:00

CR.42 : Cne Bernache-Assolant & A/C Le Gloan GC III/6

CR.42 : Cne Bernache-Assolant & A/C Le Gloan GC III/6

Ce sont les :

CR.42 MM.4366 83ª Sq. 18° Gr. Mar. Colombo †

CR.42 MM.4449 83ª Sq. 18° Gr. Serg. Parmiggiani PG

Le premier CR.42 a été vu tombé en flamme, le second évacué par son pilote.

 

Vers 12:00

 

CR.42 : SM Miramond AC3

C’est le :

CR.42 MM.5579 365ª Sq 150 Gr° Cap. Caselli †

CR.42 : EV1 Carmeille, SM Saint-Vanne, SM Helf

CR.42 : EV1 Carmeille, SM Saint-Vanne, SM Helf

Victoires sans doute infondées, aucun des pilotes n'a vu de crash. Ils ont sans doute été crédités par confusion avec les appareils abattus par Le Gloan et Assollant, d'après le témoignage d'un officier d'une batterie côtière ayant vu 2 chasseurs italiens abattus vers la même heure.

 

CR.42 : SM Le Bihan

Il aurait abordé un CR.42, mais ses propos ont sans doute été mal compris, car confus. On a souvent attribué à Le Bihan le Fiat de Caselli, mais en fait aucune perte italienne ne semble correspondre à cet évènement. On ne retrouve apparemment pas cette victoire parmi les revendications de l'escadrille.

 

12:10

 

CR.42 : A/C Le Gloan GC III/6

C’est peut être le :

CR.42 de la 75ª Sq. 23° Gr. CT endommagé, Mar. Pasquetti blessé.

Le Gloan a vu le CR.42 désemparé après avoir été touché. Il n'a pu observer le résultat final car lui-même fut attaqué par d'autres CR.42.

 

12:15

 

CR.42 : A/C Le Gloan GC III/6

C’est le :

CR.42 MM.4361 75ª Sq. 23° Gr. CT Cap. Filippi PG.

L'appareil s'est écrasé près du Cannet-des-Maures

 

Et plus tard :

 

BR.20 : A/C Le Gloan GC III/6

C’est le :

BR.20 MM.21873 172ª Sq. RS 2† 3 PG

 

Il faut enfin ajouter le CR.42 MM.5590 posé intact à Cuers.

 

 

BILAN

Pertes italiennes :

GC III/6 : 4 CR.42 & 1 BR.20 homologués

AC3 : 3 ou 4 victoires revendiquées.

Reconnues par les Italiens :

5 CR.42 & 1 BR.20 perdus.

Les revendications de l'Armée de l'Air cadrent relativement bien avec les pertes italiennes.

 

Pertes françaises : Elles sont plus élevées :

Aéronautique Navale :

AC3

MB.151 n° 51 abattu, A/C Hourcade †

MB.151 n° 37 abattu, SM Le Bihan †

MB.151 n° 348 endommagé, SM Soulimant OK ; atterrissage forcé, réformé

MB.151 n° 77 endommagé, LV Ziegler blessé ; cassé à l'atterrissage.

MB.151 n° 69 endommagé, SM Miramond OK ; réformé en juillet 1940

MB.151 n° 394 endommagé, SM Briet OK

 

AB3

6 V.156F détruits au sol

 

Armée de l'Air :

GC III/6

D.520 n° 294 détruit au sol

D.520 n° 257 endommagé au sol

D.520 n° 304 endommagé au sol

 

Soit en tout 11 avions perdus, dont 7 suite au straffing des Fiat.

Les CR.42 italiens ont revendiqué quelque chose comme 9 avions détruits en combat aérien et une quinzaine au sol.

 

 

 

 

 

En guise de réflexions provisoires, car on ne peut sans doute pas conclure…

 

Les deux livres de marche de la 5ème et de la 6ème s’interrompent le 13 juin. Ils ont été malheureusement reconstitués plus tard à Alger en ne fournissant que peu d’informations sur la journée du 15 juin.

 

Le premier historique officiel du Groupe, sans doute rédigée vers la fin de l’année 1940, signale un décollage sur alerte de deux patrouilles, celle de Le Gloan - Assollant (5ème) et Guerrier - Capdeviolle (6ème). Le second, qui n’est qu’un « copié-collé » amendé du premier, a été rédigé vraisemblablement après septembre 1942. Il ne mentionne plus cette seconde patrouille.

 

Cette patrouille, d’après certains documents, a décollé 4 minutes après Le Gloan, soit à 11h49, « trop tard pour participer au combat » et serait rentré vers 12h15, c’est à dire avant le retour de Gloan, et quasiment au moment de l’attaque du terrain par les italiens. Il serait donc intéressant de pouvoir connaître avec plus de détails son activité !. La précision chirurgicale de l’heure de son décollage tout à fait inhabituelle dans le rapport d’engagement et le fait qu’elle aurait participé aux combats pour les uns (attaque du BR 20 par le S/Lt Capdeviolle) tandis qu’au fil des mois et des ans les rapports gomment maladroitement cette éventuelle participation sont des éléments éminemment troublants.

 

Ce qui peut aussi poser problème est le rôle exact d’Assollant dans la mêlée. Il ne fait pas de doute qu’il attaque la première patrouille italienne avec le Gloan au dessus de Saint-Tropez. Plusieurs documents laissent à penser qu’ils s’en prennent d’abord chacun à un appareil différent, ce qui parait logique vu le rapport de force entre un Dewoitine et un Fiat 42. Assollant doit abandonner ensuite le combat, armes enrayées. Dans ce cas les deux premières victoires auraient du être attribuées individuellement à chacun d’entre eux, alors qu’au fil du temps on parle de deux victoires partagées, puis d’une seule… La légende de Jean Assollant était déjà gravée dans le marbre depuis le 15 juin 1929, 11 ans plus tôt jour pour jour, lorsqu’il effectua la fabuleuse première traversée française de l’Atlantique nord aux commandes de l’« Oiseau canari ». Elle fut renforcée ensuite par son rôle éminent dans le développement de l’aviation civile africaine et de celle de Madagascar en particulier. Peut-être que sa grande modestie a pu finalement contribuer le 15 juin 1940 à écrire différemment « la plus belle page de l’aviation française de la Campagne de France » et aux honneurs qui furent ainsi rendus à son valeureux cadet Pierre Le Gloan, à tout le GC III/6 et par retombées à celui qui en était devenu le chef « casus morti » après que le vaillant commandant Castanier soit tombé glorieusement face à l’ennemi trois semaines auparavant.

 

 

Dewoitine 520 n°277 de Pierre LE GLOAN - GC III/6

 

Le D.520 n°277 a été immortalisé dans l’iconographie d’après guerre comme étant l’appareil du « quintuple » de LE GLOAN

En fait LE GLOAN  vole sur un autre appareil le 15 juin 1940.

 

Les mémoires de Paul Stehlin ont été écrites en 1964. On peut bien entendu penser que les faits du 15 juin 1940 n’étaient plus très précis dans sa mémoire, mais de nombreux autres auteurs ont cependant fait l’effort de s’appuyer sur les documents historiques pour rédiger leur biographie. La très brève description épique et romancée de son implication dans la journée 15 juin 1940 ne résiste évidemment pas à l’analyse. Elle ne peut qu’engendrer des doutes sur le reste de son ouvrage et donc sur les souvenirs de « l’Attaché de l’Air à l’Ambassade de France » qu’il était à Berlin avant la guerre (« … en moins de dix minutes, sous nos yeux, sous les yeux des habitants du Luc, Le Gloan abat seul quatre chasseurs italiens… », alors que les trois premiers combats se passent au dessus de Saint-Tropez à plus de 30 kilomètres de là et qu’Assollant y participe en partie !!!).

 

La « Notice biographique du lieutenant Le Gloan », annexe VI de l’historique du Groupe GC III/6 est tout aussi surprenante. Il faudrait connaître son origine exacte et sa destination pour l’analyser plus avant ; elle est un exemple flagrant de document officiel qui peut concourir à fausser la réalité historique.

 

Enfin, le texte tout à fait troublant du sergent Cwynar ne peut pas être écarté d’un simple revers de la main. Certes le poids des années sur la mémoire entraîne toujours une part de subjectivité, et si les témoignages ne sont pas recoupés par des récits d'autres provenances, il y a lieu de se montrer circonspect. Mais il faut aussi se méfier des communiqués français de cette époque ; les Etats Majors, quels qu’ils soient, avaient tendance à broder un peu pour masquer la situation catastrophique dans laquelle le pays se trouvait...

 

En conclusion, le témoignage de Michal Cwynar apporte un jour nouveau à cette journée du 15 juin 1940, et s’il est juste, il est des faits dont Paul Stehlin n'a pas eu envie de trop parler, contrairement aux victoires de le Gloan !

 

J’ai tenté de demander un jour à mon père qui même au soir de sa vie ne voulait pas parler de « sa » guerre. « Et les victoires de Le Gloan ? » « Ça ne la pas rendu plus facile à vivre ! Moi je n’étais pas là (1), mais il s’est passé de drôles de choses au Luc ce jour là ! »

 

 

François Xavier BIBERT - 10/2008

Mise en ligne 11/10/2008

 

(1) En stage chez Dewoitine à Toulouse il ne regagne Le Luc que le lendemain.

 

 

 

 

 

 

Images extraites d’une petite vidéo due à un contributeur anonyme

 

 

 

 

 

COMPLÉMENTS et COMMENTAIRES

 

Ci site n’est pas un forum. Mais il existe certainement d’autres documents importants pouvant apporter un éclairage intéressant sur la journée du 15 juin 1940 au GC III/6. Si donc quelques passionnés arrivaient sur cette page et étaient en mesure de fournir des archives ou explications complémentaires, leurs informations pourraient être publiées.

 

Merci d’avance.

 

ENVOYER UN MESSAGE

 

 

MESSAGE de Lionel PERSYN du 04/12/2008

 

Lionel PERSYN est passionné par, et grand amateur de l'histoire de la chasse française en 39/40, son nom n'est peut être pas inconnu des lecteurs de la revue « Avions », dont il est l'un des collaborateurs. Il a également participé à la rédaction du livre incontournable « Le Morane Saulnier MS 406 » et récemment publié le bel et important ouvrage « Curtiss H-75 de l'Armée de l'Air », chasseur de fabrication américaine utilisé également à cette époque, ce qu’on oublie souvent.

 

Suite à la lecture de vos pages sur la journée du 15 juin 1940 au GC III/6, et des questions que vous y posiez, j’ai voulu confronter un maximum d’archives, notamment en fonction de leurs dates. Je suis allé au SHD et y ai retrouvé les cahiers d'ordres et rapports de combats du Groupe. Le principal intérêt de ces documents est qu'ils sont donc datés, et que l'on peut donc y voir pas mal de petites différences "chronologiques".

 

1er  document : le cahier d'ordres de la 5ème escadrille :

 

Le plus important point concerne l'heure de décollage, 11h35, et la confirmation que trois pilotes ont décollé, dont Le Gloan qui ne pilotait pas son n°277 "6", mais le "2" de Martin (pas identifié à 100%).

 

2ème document : le cahiers d'ordres de la 6ème  escadrille :

 

Il reprend également cette journée. On a donc bien une patrouille qui décolle à 11h50, et qui, mieux, participe aux combats !  Là, ça devient plus logique.

 

3ème document : le rapport de combat :

 

Ce n'est malheureusement pas un rapport personnel de le Gloan, mais quelque chose de plus aseptisé, daté du 16 juin, et disons, proche de la version “officielle”. Je note pêle-mêle que la patrouille de Guerrier n'a soi-disant pas été engagée et que les heures de décollage (11h45 et 11h49) sont d'une précision presque ridicule.

 

4ème document : Les demandes d'homologation :

 

Je n'en ai retrouvé que 4, ce qui ne veut pas dire non plus que la cinquième n'existait pas, et toutes datées du lendemain. Il existe également un récapitulatif avec les cinq demandes.

 

En résumé, on a :

 

-11h55 : Un Fiat CR 42 à Ramatuelle : Le Gloan et Assollant

-12h00 : Un Fiat CR 42 à Beauvallon (4kms sud de Grimaud) : Le Gloan seul

-12h25 : Un Fiat CR 42 à la ferme des thermes (1km du terrain) : Le Gloan seul

-12h30 : Un Fiat Br 20 à la ferme du Moulin rouge, près de Vidauban : Le Gloan seul

 

Manque donc celle de 12h10 en collaboration (d’après le récapitulatif des demandes d'homologations), un Fiat CR 42 à Saint-Amé, baie de St-Tropez, anse de Pampelonne.

 

Et c'est là que ça en devient amusant car il y a forcément erreur quelque part. Les incohérences :

 

- D'après le récapitulatif des demandes d'homologations, Assollant et le Gloan se partagent celles de 11h55 et de 12h10.

- D'après le rapport de combat, Assollant a déjà abandonné lorsque le 3ème chasseur Italien est descendu. Ils se partageraient donc les deux premières (supposition, car le récapitulatif ne parle que des victoires, pas de leurs vainqueurs, ce qui n'éclaircit pas la chose).

- D'après les demandes individuelles d'homologation, Le Gloan descend seul celui de 12h00.

- Sur le Cahier d'ordres de la 5ème escadrille, le Gloan descend bien cinq avions Italiens, mais un seul en collaboration avec Assollant.

- Capdeviolle a tiré le Br 20, mais n'a pas eu, lui, de victoire en collaboration.

- Sur les documents postérieurs, le Gloan et Assollant se partagent les deux premières.

 

Cela ne me trouble pas tant que ça que l'on ait estimé au niveau de la ZOAA qu'Assollant avait également participé à la chute du second chasseur. Ce qui est vraiment troublant, c'est ce récapitulatif qui indique clairement qu'Assollant a participé à la chute du 3ème. Ce qui ne colle avec rien d'autre. Ca ressemble à du bricolage (histoire que tout le monde soit content), Assollant ayant bien tiré un troisième chasseur, mais qui ne peut pas être le même que celui que le Gloan a finalement revendiqué. Le rapport est assez équivoque.

 

Le second point noir est donc cette troisième victoire, les autres étant rapidement associées à des épaves retrouvées au sol. Mais ce qui est clair, c'est que l'on a "favorisé" les homologations pour créditer la chasse d'un dernier exploit. La symbolique de cinq succès (nécessaires pour devenir un as) en une seule sortie y est peut-être pour quelque chose. Et personne ne s'en est plaint : ni le Gloan, ni Stehlin, ni la ZOAA, ni le haut commandement. Mais cette victoire est la seule à laquelle aucune épave n'est vraiment associée.

 

Le Cne Filippi de la 75a, 23ème Gruppo à 12h25 et le Br 20 ne souffrent d'aucune contestation possible.

 

Reste à identifier les trois premières :

 

- Celui de Ramatuelle a sauté en parachute. Le 1er rapport Italien parle de Parmiggiani de la 83a, 18ème Gruppo. Ça colle.

- Celui de Beauvallon est mort. Le 1er rapport Italien parle de Colombo de la 83a, 18ème Gruppo. Ça colle.

- Il n'en reste donc plus qu'un possible pour la troisième : Caselli du 150ème Gruppo. Mais on peut plus sûrement le rapprocher de la revendication du SM Miramond de l’AC3. Il est donc plus que probable que ce troisième chasseur, endommagé, ait pu redresser à temps et rentrer… Il pourrait s’agir de Pasquetti de la 75a, 23ème Gruppo, blessé en combat.

 

Quoiqu’il en soit, Le Gloan a donc réalisé un joli exploit en ce 15 juin 1940. Si l’on peut avec le recul se poser certaines questions sur les motivations des uns et des autres pour le mettre en avant, il apparaît néanmoins que Le Gloan a revendiqué en toute honnêteté ses cinq victoires, le fameux cinquième pouvant être rapproché de l’un ou l’autre appareil italien endommagé. Et au final, cinq victoires homologuées pour quatre réelles et un avion endommagé, c’est un ratio dont bien peu de forces aériennes durant la seconde guerre mondiale peuvent se vanter. Il n’y a vraiment pas matière à polémique à ce niveau.

 

Seul le rôle de Stehlin, peut-être pas irréprochable dans son rôle de commandant, reste un peu plus obscur. Son propre livre, que j'ai pu lire grâce à vous, n’est que la version romancée des faits. On ne peut rien en tirer. La lecture du témoignage de Michel Cwynar présente un tout autre aspect des choses, sans doute plus proche de la réalité. Il semblait vivre au Luc comme sur une base arrière, ce qui n'était plus le cas depuis la déclaration de guerre de l'Italie. On peut aussi s’étonner du faible nombre de pilotes en alerte, mais d’un autre côté, il ne faut pas oublier que le groupe, en cours de transformation sur D.520, n'était pas au complet. Il n’y avait pas tant d’avions disponibles que cela, et trois d'entre eux, rentrés à 11h15 d'une mission de protection, ne pouvaient redécoller. Stehlin, jeune commandant de groupe, manquait certainement d’expérience. Il se serait certes fait taper sur les doigts si les dégâts au sol avaient été encore plus importants : deux Dewoitine endommagés laissés sur place, ainsi que deux Morane 406 et un appareil britannique détruits, mais de toute façon, les victoires de Le Gloan ont tout occulté…

 

Lionel Persyn

 

NOUVEAU – MARS 2009

 

Dans son autobiographie tardive « Une vie avec le ciel comme horizon », Armand VIGUIER qui termina la campagne de France 39-40 comme commandant du III/9 (et non commandant de la base de Lyon comme il l’écrit  (1) ; c’est dommage de déformer ainsi la vérité historique... ), décédé en 1985, parle du combat de Le Gloan du 15 mai 1940 au dessus du Luc. Attention, il reprend simplement des propos qui lui auraient été rapportés à l'époque puisqu’il n’a pas pu être réellement témoin des faits. Mais ce texte est intéressant pour rappeler que les « souvenirs tardifs », doivent toujours être examinés avec la plus grande des précautions et pour comprendre comment des légendes peuvent ainsi se créer...

 

 

Armand Viguier - Une vie avec le ciel comme horizonExtraits…

 

« Le Luc

 

Les premiers avions du GC 3/9 se posèrent au Luc quelques minutes après le départ des derniers D.520. L'avant veille, l'adjudant LE GLOAN, atterrissant le dernier de sa patrouille entendit à la radio que 10 Fiat semblaient se diriger vers le Luc, ce qui se révéla exact. Le Gloan leur tomba dessus avec une telle impétuosité qu'il réussit à en abattre 5 dans un rayon de 20 km ! Les autres, n'écoutant que leur courage, retournèrent chez eux. Au moment d'atterrir et presqu'à bout d'essence, Le Gloan aperçut vers la côte un bi-place d'observation italien se dirigeant vers Toulon. Naturellement il piqua dessus. Mais avant qu'il ait eu le temps de tirer, l'appareil se mit à descendre pour se poser au milieu d'une vigne, train rentré. A l'atterrissage, on récupérera dans la carlingue, à plat-ventre un observateur à demi-mort de peur. Quand il fut enfin debout, on se trouva face à un officier en grande tenue et constellé de décorations. Il était très proche parent du Roi d'Italie. Croyant la France sans défense, in extremis il décida d'effectuer quand même une mission de guerre. Quand il se vit attaqué, il se blottit dans le fond de la carlingue. Le pilote voyant qu'il n'était pas défendu, se posa au plus vite n'importe où. Cette anecdote me fut contée par le général italien Piccio, venu au Luc pour prendre en charge le GC 3/9 conformément aux conventions d'armistice. Les Italiens, après cette rossée maison ne s'aventurèrent plus dans la région, sauf la nuit pour quelques missions de reconnaissance. Fort heureusement d'ailleurs car durant 2 jours consécutifs la pluie qui inondait le terrain n'aurait pas permis un décollage. Un D.520 piloté par le Capitaine De Beaumont, député de la Martinique (2), s'embourba jusqu'aux essieux et il fallut attendre plusieurs jours pour le ramener au sec.  De Beaumont me confia en secret qu'il était venu au Luc pour faire de l'essence et regagner l'Afrique du Nord. Le terrain boueux contraria ses projets à mon avis plus ou moins sincères. Sait-on jamais avec un député ! »

 

(1) Le Commandant VILLERMOZ, commandant la base aérienne 105, est assisté du Capitaine BURDIN, commandant de la Compagnie de l'Air 210/105, et du Capitaine PAOLI qui à la tête du Parc 5/105 gère le personnel civil (affectés spéciaux) et les activités techniques. Le Groupe de Chasse III/9, n'a jamais été implantée dans l'enceinte de la base aérienne de Bron. Elle se situait sur le terrain d'aviation de Bron dans des baraques et des hangars situés à l'opposé de la base aérienne et à proximité des installations aéroportuaires civiles.

(2) Témoignage étrange ! : Robert Maurice la BONNINIÈRE de BEAUMONT(1904/2002), ancien pilote de chasse et capitaine de réserve, était Député de Cochinchine de 1938 à 1940. Passionné de sport et d'aviation, il avait proposé de transférer les cendres de Roland Garros au Panthéon (1938), réclamé des crédits plus élevés et une meilleure organisation de la poste aérienne (budget de 1938), et proposé de créer une école militaire préparatoire de l'armée de l'Air (1940). Il a été, en outre, Commissaire du Gouvernement à San Francisco en 1939. Il a fait partie de ceux qui ont voté à Vichy la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940 donnant tous les pouvoirs au Maréchal Pétain et il a cessé ensuite de participer à la vie Politique...

 

 

A SUIVRE…

 

 

 

 

 

UN PEU D’HISTOIRE

 

 

La journée du 15 juin 1940 restera à jamais une des journées les plus dramatiques de l’histoire de France.

 

Le premier Conseil des ministres à la préfecture de Bordeaux se réunit à 16 heures, sous la présidence d'Albert Lebrun. L'affrontement entre les partisans de l'Armistice, avec à leur tête le Maréchal Pétain et Camille Chautemps, et ceux de la lutte à outrance, derrière le Président du Conseil Paul Reynaud, devient de plus en plus vif.

 

 

Albert LEBRUN     Paul REYNAUD     Camille CHAUTEMPS     Philippe PETAIN

 

Albert LEBRUN – Président de la République – 1871/1950

Paul REYNAUD – Président du Conseil – 1878/1966

Camille CHAUTEMPS – Vice-président du Conseil -1885/1963

Maréchal Philippe PÉTAIN– Vice président du conseil – 1856/1951

 

 

Ce dernier déclarera cinq ans plus tard lors du procès du Maréchal Pétain à propos de ce Conseil des ministres : « Mon impression fut telle que je pris une feuille de papier que je divisai en deux par la hauteur. J'inscrivis à droite les noms de ceux qui parlaient pour la proposition Chautemps qui visait à demander aux Allemands quelles seraient les conditions d'un armistice, et, à gauche, ceux qui parlaient dans mon sens, c’est à dire ceux qui avaient la volonté de poursuivre la lutte à partir de notre empire encore intact. Il y avait treize noms à droite pour la proposition Chautemps, et six à gauche pour la mienne ».

 

Alors Paul Reynaud se tourne vers le Président de la République, Albert Lebrun : « Il ne me reste qu'à vous donner la démission de mon gouvernement ». Albert Lebrun refuse, et Paul Reynaud accepte finalement de ne pas encore démissionner.

 

Ce Conseil des ministres prend fin à 19h55. Paul Reynaud, sitôt sorti de la salle où se tenait le Conseil, s'adresse au général Weygand et lui ordonne de demander la capitulation de l’armée française. Le général Weygand refuse en lui répondant sèchement qu'il s’interdit définitivement une telle démarche : « C'est au gouvernement, qui a déclaré la guerre, de prendre ses responsabilités et de demander l'armistice ! »

 

Charles DE GAULLE    Maxime WEYGAND   François DARLAN

 

Général Charles de GAULLE - Sous-secrétaire d'État à la Défense nationale et de la Guerre – 1890/1970

Général Maxime WEYGAND – Commandant suprême de l’Armée Française -1867/1965

Amiral François DARLAN – Commandant en chef des forces maritimes françaises – 1881/1942

 

 

Entre temps, à 16h30, le général de Gaulle a quitté Brest à bord du contre-torpilleur Milan, mis à sa disposition par la marine nationale française. Le Milan accoste à Plymouth à 22 heures. Le général de Gaulle monte dans la voiture qui l'attend et qui arrivera à Londres le dimanche 16 juin 1940 au lever du jour.

 

Ce dimanche 16 juin 1940 verra pas moins de trois Conseils des ministres se tenir à la préfecture de la Gironde. Peu à peu Paul Reynaud va perdre pied face aux partisans de l'armistice et finalement il jettera l'éponge dans la soirée…

 

La République exsangue, assaillie de toutes parts, vient de céder sous les assauts de ceux-là mêmes qui étaient censés l'incarner et la défendre. Le régime tombe, victime d'un " coup d'Etat dans la défaite " sans effusion de sang et porte le maréchal Pétain au pouvoir. Paradoxe suprême, ce sont les militaires, Pétain, Weygand, Darlan, qui ont voulu cesser le combat, et les civils, Reynaud, Mendès-France, Mandel, qui ont voulu le poursuivre. Les premiers ont eu raison  des seconds, animés par une détermination puisant sa force dans une haine viscérale de la République et dans la peur bleue que leur a inspirée le Front populaire. Et ce sont les responsables de la défaite militaire qui en seront les premiers bénéficiaires politiques.

 

A Londres, le Général de Gaulle, rebelle et visionnaire, seul et sans moyens, allume la flamme de la résistance française et entreprend aussitôt de la veiller pour préparer la restauration de l’honneur de la Nation, une fois la guerre gagnée avec la participation de la France Libre.

 

 

 

 

 

 

BLOCH 151 (152)

 

Chasseur français  Bloch 151-152 utilisé parl'aéronavale en 1939/1940

 

Mise en service

1939

Date de retrait

 

Nombre construit

140 (651) + 488 (152)

Équipage

1 pilote

Motorisation

Moteur

1 Gnome et Rhône 14 N-11 ou N-25 ou N-49

Puissance

910 à 1100 ch

Dimensions

Envergure

10,54 m

Longueur

9,10 m

Hauteur

3,96 m

Surface alaire

17,32 m²

Masses

À vide

2 150 kg

Avec armement

2 730 kg

Maximale

2 760 kg

Performances

Vitesse maximale

510 km/h

Plafond

11 000 m

Vitesse ascensionnelle

590 m/min

Distance franchissable

540 km

Armement

Interne

4 mitrailleuses MAC 34 de 7,5mm2 (151)

2 canons Hispano-Suiza HS 404 de 20mm

+ 2 mitrailleuses MAC 34 de 7,5mm (152)

 

 

VOUGHT 156 F

Version française du

SB2 U VINDICATOR

 

Bombardier léger Vought 156 F (SB2 YU Vindicator) de l'Aéronavale française en 1939/1940

 

Mise en service

1937 (EU) - 1939 (France)

Date de retrait

Après l’armistice en France - 1942 (EU)

Nombre construit

Environ 170 dont 40 pour la France

Équipage

1 pilote et 1 bombardier

Motorisation

Moteur

1 Pratt & Whitney R-1535-96 Twin Wasp

Puissance

850 CV

Dimensions

Envergure

12,80 m

Longueur

10,36 m

Hauteur

3,12 m

Surface alaire

28 m²

Masses

À vide

2 140 kg

Avec armement

2 900 kg

Maximale

3.330 kg

Performances

Vitesse maximale

400 km/h

Plafond

8 400 m

Vitesse ascensionnelle

400 m/min

Distance franchissable

1 000 km

Armement

Interne

1 mitrailleuse de 7,5mm dans l’aile tribord

1 mitrailleuse de 7,5mm arrière maniée par le bombardier

Externe

1 bombe de 450 kg ou 2 bombes de 225 kg

 

 

Haut de page

Les Hommes du Groupe de Chasse GC III/6

Pierre Le Gloan

Le Dewoitine D.520

Page d’accueil du site de François Xavier Bibert